Voyage : La possible faillite de Thomas Cook plonge ses clients dans l’angoisse

File déserte devant Thomas Cook — Amer Ghazzal/REX/SIPA

La possible faillite de Thomas Cook gâche les vacances de milliers de touristes qui craignent de se retrouver coincés loin de chez eux si le groupe cesse ses activités, même s’ils devraient alors être pris en charge par les autorités.

Quelque 600.000 touristes sont actuellement en vacances avec des voyages organisés par Thomas Cook, dont 150.000 Britanniques. Le pionnier des tour-opérateurs, qui devrait, sauf coup de théâtre, annoncer sa faillite aux premières heures lundi après l’échec d’un marathon de discussions avec ses créanciers et son actionnaire chinois Fosun, est essentiellement présent en Europe et autour de la Méditerranée, avec Antalya et Majorque pour destinations phare. « Les chances de survie sont maigres », ont déclaré des sources proches du dossier, tandis que plusieurs médias britanniques affirmaient que la société allait faire faillite.

Méfiance sur les départs

L’angoisse touche aussi les centaines de prestataires de Thomas Cook qui voient leurs revenus menacés, certains risquant également de devoir mettre la clé sous la porte si le voyagiste fait faillite.

A Hammamet en Tunisie, les responsables de l’hôtel Les Orangers ont ainsi brièvement retardé le départ d’un groupe de touristes, « le temps de vérifier que le paiement » de leur séjour avait été effectué, a indiqué un porte-parole du ministère de l’Intérieur tunisien. D’après une touriste, les responsables de l’hôtel ont demandé des versements supplémentaires au regard de la situation du voyagiste, alors que ce groupe avait déjà versé les frais de leur séjour.

Des voyages protégés

« Après une heure ils ont quitté l’hôtel et sont actuellement à l’aéroport. Il y a d’autres groupes Thomas Cook à Hammamet, à Sousse, à Mahdia et à Djerba, toutes les procédures de paiement ont été réglées », a voulu rassurer le porte-parole du ministère tunisien.

Outre les voyageurs qui s’inquiètent de leur retour, d’autres se désolent que leurs plans de voyages, parfois organisés de longue date, tombent à l’eau. Sur Twitter, beaucoup déversent leurs frustrations. Les autorités britanniques comme Thomas Cook répètent toutefois que tous les voyages organisés achetés dans l’Union européenne sont protégés dans le cadre d’une directive de l’UE.

Le précédent WOW

En Grande-Bretagne, c’est la garantie ATOL qui va entrer en jeu si Thomas Cook fait faillite, et le rapatriement des vacanciers sera alors organisé par l’Autorité britannique de l’aviation civile (CAA). Il y a deux ans, la CAA avait déjà orchestré le rapatriement de quelque 85.000 personnes à la suite de la faillite de la compagnie aérienne britannique Monarch. Mais un dépôt de bilan de Thomas Cook serait d’une tout autre ampleur.

Récemment, des milliers de passagers de la compagnie islandaise Wow se sont retrouvés coincés en Europe ou en Amérique du Nord lorsque le transporteur à bas coûts a brusquement annoncé en mars qu’il cessait ses activités.

Économie

Aigle Azur : Quatre offres de reprise encore en lice, Air France et Dubreuil renoncent

Économie

Transport aérien : XL Airways, dans l’impasse, a besoin de 35 millions pour se relancer

757 partages