Voici la carte des députés LREM visés par des dégradations de permanence

Au Mans, la permanence du député macroniste Damien Picherau a été saccagée le 16 février 2019, en marge d’une manifestation de — GILE Michel/SIPA/SIPA

  • Des députés macronistes ont subi une nouvelle série de dégradations contre leurs bureaux en circonscription, visés par des agriculteurs en colère.
  • Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, a pris de l’ampleur depuis plusieurs mois avec le mouvement des «gilets jaunes» puis la grogne des agriculteurs, notamment contre le traité de libre-échange Ceta.
  • La carte établie par 20 Minutes illustre l’ampleur du phénomène, qui touche tout le territoire.

Des portes murées, des vitrines brisées ou des tags insultants… Pour dénoncer le Ceta, l’accord de libre-échange avec le Canada, des éleveurs ont muré ou bâché quatre bureaux locaux de députés de la majorité dans la Vienne, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Si les dégradations de permanences parlementaires n’ont rien de nouveau en France, le phénomène a pris de l’ampleur ces derniers mois avec le mouvement des « gilets jaunes » puis la grogne des agriculteurs, qui a connu un pic fin juillet  lors du vote approuvant le Ceta à l’Assemblée.

Un phénomène qui touche l’ensemble du territoire

La carte ci-dessous situe les principales attaques physiques à l’égard des bureaux ou des domiciles de députés depuis le mois de novembre 2018 et l’apparition des « gilets jaunes ». Elle permet de constater que l’ensemble du territoire est touché. Les opérations menées par des syndicats d’agriculteurs, principalement des dépôts de fumier devant les bureaux des élus, sont indiquées en vert, tandis que les autres dégradations sont en jaune.

Si l’immense majorité des attaques visent La République en marche, elle n’a pas l’exclusivité des dégradations. En décembre, du fumier a été déversé par des agriculteurs devant la permanence de la députée insoumise Caroline Fiat, à Pont-à-Mousson.

Certains élus sont particulièrement ciblés. Mardi, la députée macroniste Claire O’Petit a vu sa permanence attaquée pour la quatrième fois en six mois. En février dernier, Laurent Nuñez avait recensé plus de 80 « dégradations » et « exactions » visant des permanences ou des domiciles d’élus LREM. Selon Le Figaro, 121 députés ont été ciblés depuis leur élection en juin 2017, soit un cinquième de l’Assemblée.

Politique

Permanences LREM dégradées: Les violences visant les députés, une pratique nouvelle?

Politique

«Un cran a été franchi» pour Romain Grau, député LREM dont la permanence a été saccagée

5 partages