Violences sexuelles et psychologiques : Le youtubeur Léo Grasset (DirtyBiology) « conteste totalement les accusations »

Le youtubeur Léo Grasset conteste les accusations. Accusé par plusieurs femmes de violences sexuelles et psychologiques dans une longue enquête publiée par Mediapart jeudi, le vulgarisateur scientifique de 32 ans a réagi en fin de journée en publiant un message sur les réseaux sociaux. « Je conteste totalement les accusations relayées à mon encontre », écrit-il.

« J’ai toujours été attentif au respect du consentement de l’ensemble de mes partenaires, poursuit-il. Bien que résolument favorable au mouvement de libération de la parole, je fais toutefois le choix de m’abstenir de tout commentaire supplémentaire à ce stade, sur les conseils de mes avocats. »

Les témoignages de huit femmes

Dans la suite de ce message, Léo Grasset affirme se tenir « à l’entière disposition de l’autorité judiciaire si elle estimait nécessaire d’ouvrir une enquête et m’en saisirai, au besoin, pour me défendre contre ces allégations ». Jeudi, Mediapart a mis en ligne une enquête où apparaissent les témoignages de « huit femmes le mettant en cause, à des degrés très divers, dans des relations intimes ou au travail », lit-on dans cet article qui précise « qu’aucune plainte n’a à ce jour été déposée ».

Parmi ces accusations de violences sexuelles, psychologiques ou encore de comportement « toxique », une femme témoigne d’un viol qui aurait été commis en 2016 à Paris.