Violences sexuelles dans le patinage : Didier Guilhaguet ouvre la porte à « un retrait » de sa part

Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, lors de sa conférence de presse le 5 février 2020. — J.E.E/SIPA

Didier Gailhaguet dit être « un frein » à la Fédération française des sports de glace qu’il préside et ouvre la porte à « un retrait de (sa) part » dans un entretien à l’Equipe samedi avant un conseil fédéral crucial lors duquel il pourrait être écarté.

« Je pense que je suis un frein à la Fédé, mais j’ai eu le courage de dire toutes les vérités nécessaires. A partir de là, demain, après-demain, un jour, il y aura un retrait de ma part », déclare Gailhaguet, en pleine tourmente autour des cas de violences sexuelles dans le patinage artistique qui refont surface.

Le président de la FFSG pendant presque deux décennies, dont la ministre a réclamé la démission et qui fait face à une fronde des clubs, doit participer samedi à un conseil fédéral extraordinaire qui a le pouvoir de le destituer si la question est mise à l’ordre du jour.

Sport

Abus dans le patinage : Didier Gailhaguet a-t-il couvert une entraîneure accusée de harcèlement à Nice ?

15 partages