Violences sexuelles dans le football : Ahmed G., entraîneur et recruteur, soupçonné de viols sur mineurs

Ahmed G. a été entraîneur dans une dizaine de clubs de football en Ile-de-France (illustration) — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

  • Après l’affaire du président du club d’Angers, un nouveau scandale de violences sexuelles vient d’être révélé dans le football.
  • Ahmed G., un ex-entraîneur passé par plusieurs clubs d’Ile-de-France, a été mis en examen et incarcéré en 2019 pour des agressions sexuelles et des viols sur des mineurs.
  • Egalement recruteur pour des clubs de Ligue 1, il n’hésitait pas à faire miroiter des carrières de joueur professionnel à des jeunes à qui il demandait des faveurs sexuelles.

Pour l’instant, seuls trois jeunes se sont constitués partie civile. Mais selon leurs avocats, de nombreux jeunes footballeurs pourraient avoir été victimes d’Ahmed G., un ancien entraîneur passé par une dizaine de clubs franciliens depuis ses débuts, en 1992. L’intéressé a également été détecteur de talents pour des clubs professionnels, et n’hésitait pas à en mettre plein la vue à des ados rêvant de carrières à la Cristiano Ronaldo. « C’est une affaire compliquée, il y a le milieu sportif, cela concerne des jeunes garçons… La parole est difficile à libérer, mais elle se libère progressivement », nous explique Me Agathe Blanc, qui conseille, avec Me Pierre-Olivier Sur, deux d’entre eux dans ce dossier d’ abus sexuel « de grande ampleur ».

Ahmed G., la cinquantaine, aurait pu atterrir derrière les barreaux dès 2012, comme le relate Le Parisien. Cette année-là, lors d’un tournoi dans le nord de la France, un jeune avait alerté l’un de ses éducateurs. Selon le joueur, celui qui entraînait alors le club de Bussy-Saint-Georges ( Seine-et-Marne) envoyait des textos « très spéciaux » à d’autres membres de l’équipe. « Clairement, c’étaient des messages très ‘énamourés’ », a détaillé à la chaîne M6 le président du club, Laurent Sabotier. Dès son retour, les dirigeants le convoquent et lui demandent des explications. Devant eux, il nie les faits. Ce qui n’empêche pas le club de l’exclure et de faire un signalement au parquet de Meaux. Des investigations sont confiées à la police judiciaire mais, faute d’élément, l’enquête est classée.

Des joueurs de Ligue 1 entendus

En 2016, une mère découvre dans le téléphone de son fils des SMS envoyés par l’éducateur. Aux propos sur le football succèdent rapidement des propositions à caractère sexuel. En février, elle dépose plainte et Ahmed G. est arrêté par les policiers de la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne. Il est mis en examen pour « corruption de mineurs de 15 ans, propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans, agression sexuelle et viol sur mineur de 15 ans », ou encore « viol commis par une personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction ». Il est placé en détention provisoire avant d’être libéré. Mais il enfreint son contrôle judiciaire et retourne en prison en février 2019. Depuis, l’instruction a mis au jour des agressions sexuelles et des viols.

L’enquête se poursuit afin de savoir si Ahmed G. a pu, outre les trois plaignants, abuser d’autres jeunes au cours de sa longue carrière. Selon une source policière, des stars de Ligue 1 ont même été entendues en qualité de témoin par les policiers, à l’instar de William Vainqueur. En 2009, le recruteur nous confiait connaître l’actuel milieu de terrain toulousain « depuis l’âge de 10 ans ». Il parlait du joueur « comme si c’était [son] fils », un gamin « seul avec sa mère » et qu’il avait donc pris sous son aile. C’est lui qui avait fait venir William Vainqueur à Nantes, en 2003, après un court passage à Auxerre entre 2001 et 2002.

« Je suis abasourdi… » Vincent Bracigliano, responsable de la cellule de recrutement des jeunes au FC Nantes de 2001 à 2007, a fait appel aux services d’Ahmed G. « J’avais une équipe d’une vingtaine de recruteurs et Ahmed en faisait partie. Il était sur la région parisienne. J’avais une totale confiance en lui. » L’homme avait pour mission de repérer les jeunes perles rares sur les terrains d’Ile-de-France pour le compte du club nantais, sans en être néanmoins salarié. Vincent Bracigliano n’aurait « pas pu imaginer un instant » que le recruteur serait un jour incarcéré pour de tels faits.

« Je suis tombé de ma chaise quand j’ai appris ça »

L’ancien patron du recrutement des jeunes du FC Nantes, qui ne souhaite pas préciser quels joueurs sont venus à Nantes par l’intermédiaire d’Ahmed G., se souvient s’être rendu plusieurs fois à Paris pour le rencontrer. « Il y avait du respect entre les joueurs qu’il avait l’habitude de superviser et lui. J’en suis malade de penser à tout ça maintenant. Je n’en reviens pas. C’est triste comme jamais, franchement, ça me fait mal… » confie-t-il à 20 Minutes.

Ahmed G. a aussi été missionné par d’autres clubs français (Troyes, Le Havre ou encore Angers) pour dénicher les très bons jeunes joueurs de région parisienne. « Je me souviens qu’il nous signalait les joueurs et nous les emmenait en voiture parfois, confie un ancien recruteur d’un des trois clubs. Je suis tombé de ma chaise quand j’ai appris ça. » Contacté par 20 Minutes, l’avocate d’Ahmed G., Me Peggy Salome, indique « ne rien pouvoir dire » tant que l’instruction n’est pas terminée.

Sport

Ligue 1 : Le président d’Angers Saïd Chabane mis en examen « pour agressions sexuelles aggravées »

Sport

Violences sexuelles dans le patinage : Didier Gailhaguet annonce sa démission dans un souci de « pur apaisement »

118 partages