VIDEO. Journées du Patrimoine : Astérix revient pour deux jours d’exposition à la BnF

Extrait de « Astérix le Gaulois », publié en 1961 — ASTERIX ® OBELIX ® IDEFIX ® © 2019 ED. ALBERT RENE / GOSCINNY-UDERZO

  • Après la grande rétrospective qui lui y a été consacrée en 2013, Astérix revient – pour deux jours – à la BnF (Bibliothèque nationale de France)
  • « Astérix le Gaulois – Aux origines » présentera l’intégralité des planches originales du tout premier album de la mythique série signée Goscinny et Uderzo.
  • L’exposition anticipe le 60e anniversaire de la création du célèbre Gaulois, apparu le 29 octobre 1959 dans les pages du journal Pilote.

Avec 37 albums (bientôt 38) traduits en 111 langues et dialectes et vendus à plus de 380 millions d’exemplaires par le monde, l’irascible Gaulois créé par René Goscinny et Albert Uderzo est bien devenu un symbole français. Quoi de plus normal, dès lors, qu’ Astérix soit mis en lumière pour les Journées européennes du Patrimoine ?

La Bibliothèque nationale de France (BnF), sise à Paris, l’a bien compris qui, après la rétrospective d’envergure qu’elle lui a consacrée en 2013, en propose une seconde exposition le week-end prochain (*), certes plus modeste mais non moins passionnante.

Présentation de la Rétrospective Astérix à la BNF en 2013

Qu’y découvrira-t-on ?

Une initiative d’autant plus simple à mettre en place qu’Albert Uderzo a fait don à l’institution, en mars 2011, de 120 planches originales issues des deux premiers albums de la série (Astérix le Gaulois et La serpe d’Or), mais aussi d’ Astérix chez les Belges, qui signait sa dernière grande collaboration avec feu son complice et scénariste René Goscinny.

À quelques jours de la sortie de La Fille de Vercingétorix, le 38e album des aventures d’Astérix (annoncé le 24 octobre) et du 60e anniversaire de la création de cette bande dessinée désormais culte (le 29 octobre), ce sont donc les 44 planches originales d’Astérix le Gaulois conservées à la Réserve des livres rares, ainsi que l’ensemble des tapuscrits originaux du scénario, qui seront proposées au public parisien.

Une exposition qui fait sens

Interrogée par 20 Minutes, Carine Picaud, conservateur à la Réserve des livres rares de la BnF et commissaire de l’exposition Astérix justifie cette mise en avant exceptionnelle : « Sa présence est plus que légitime en raison de la qualité de l’œuvre, de son succès phénoménal tant national qu’international et de son statut de « lieu de mémoire « . De ce point de vue, les 120 planches originales d’Astérix offertes par le dessinateur Albert Uderzo à la BnF en 2011 constituent définitivement un trésor national ».

Lorsqu’on lui demande pourquoi l’exposition est circonscrite aux seules Journées du Patrimoine, Carine Picaud précise que « d’une part, la rétrospective Astérix de 2013 n’est pas si éloignée dans le temps. D’autre part, le parti pris du format événementiel sur trois jours de cette présentation se justifie par la conjonction de l’anniversaire de la naissance d’Astérix et l’organisation annuelle, en septembre, par le Ministère de la Culture, des Journées européennes du patrimoine. Le thème retenu cette année pour cette manifestation,  » Arts et divertissements « , est du reste des plus à propos en ce qui concerne Astérix ».

À quoi ça va ressembler ?

« L’exposition tient dans un accrochage inédit des 44 planches proposant au visiteur de lire l’aventure d’Astérix le Gaulois sur l’œuvre originale, souligne Carine Picaud. Quatre vitrines centrales présentant les notes manuscrites, le synopsis et le scénario tapuscrits de René Goscinny, prêtés par sa fille, viennent éclairer cette création. »
Ajoutons que les grandes planches présentées (leur format est presque doublé par rapport à l’album imprimé), encrées au pinceau par-dessus les crayonnés, lettrées à la plume, « donnent à voir le dessin à nu, la force du mouvement, les jeux d’ombres et de lumières, la verve caricaturiste, l’efficacité des onomatopées, l’art de la lettre… Autant de qualités qui caractérisent le talent du dessinateur Albert Uderzo ».

En plus de cela, et en regard des planches originales, les premières notes manuscrites du scénariste de génie René Goscinny, ainsi que le synopsis et le scénario tapuscrits préparatoires à cette première aventure d’Astérix – prêtés par Anne Goscinny – devraient permettent aux visiteurs de « mieux appréhender la naissance et la fabrique de cette œuvre phénoménale qui n’en finit pas d’enchanter des générations de lecteurs ».

(*) « Astérix le Gaulois – Aux origines » – exposition du 20 au 22 septembre 2019, en entrée libre à la BnF François Mitterrand, Quai François Mauriac – 75013 Paris.

12 partages