VIDEO. Incendie à Ivry-sur-Seine : « On a cassé la porte et on a sorti deux personnes des flammes »

Au rez-de-chaussée du 25 rue Westermeyer, un incendie a ravagé l’immeuble et fait deux morts dimanche 24 novembre 2019. — O. Gabriel / 20 Minutes

  • Un violent incendie a ravagé un immeuble d’habitation dimanche 24 novembre à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.
  • L’appartement au rez-de-chaussée était squatté par des hommes, certainement sans papiers. Deux hommes sont morts dans les flammes, un homme a été hospitalisé dans un état grave et quatre habitants de l’immeuble sont légèrement blessés.
  • Sur place, des voisins et connaissances des habitants de l’immeuble partagent leur tristesse.

Au rez-de-chaussée, des traces noires sur le mur tagué, une porte défoncée et une ouverture réalisée à la hache ne laissent aucun doute. C’est ici, au 25 rue Westermeyer, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) que s’est déroulé le violent incendie dimanche midi, qui a fait deux morts ce dimanche et un blessé grave, évacué par hélicoptère.

Un blessé grave a été évacué par hélicoptère pour être hospitalisé. Un blessé grave a été évacué par hélicoptère pour être hospitalisé. – M. Lefèvre / BSPP

Quatre blessés légers ont également été hospitalisés et une cinquantaine d’habitants ont été évacués. Vers 15h, un camion rouge et blanc et les pompiers étaient encore sur place, inspectant les étages de cet immeuble d’habitation, dont le rez-de-chaussée a été ravagé par les flammes. Des voisins, des connaissances, des personnes qui secouru les blessés pris au piège, échangent des pensées émues et quelques informations derrière la rubalise qui délimite le périmètre de sécurité dans cette rue, où des travaux de voirie sont en cours.

Fermer le gaz et casser la porte

Quand le feu s’est déclaré, dimanche midi dans cet immeuble proche du centre commercial Quais d’Ivry et de la Seine, Walid passait devant. « J’ai tout de suite coupé le gaz, je suis plombier donc je connais, nous explique le jeune homme, encore secoué et aidé par des amis pour traduire ses propos en arabe. Puis, j’ai appelé les pompiers. Ensuite, avec trois amis, on a cassé la porte et on a sorti deux personnes des flammes », poursuit-il, en montrant quelques mèches de cheveux disparues et ses mains rougies par le feu.

« On ne pouvait pas sauver les autres, il y avait trop de fumée, il faisait trop chaud, complète son ami Saadaoui, qui est également intervenu avec Walid. On a même essayé de casser le mur. On a pris les outils qui étaient sur le chantier, des barres de fer, et on a fait ce trou », poursuit-il en désignant la gauche du mur. Selon ces témoins, les dégâts auraient pu être pires encore.

« J’ai entendu des gens qui couraient, qui criaient au feu »

« Un homme a sauté du premier étage et s’est blessé à la jambe, avance encore Saadaoui. Mais il a prévenu les habitants des étages supérieurs de ne pas descendre, d’attendre à la fenêtre les pompiers. » Treize personnes ont été sorties du bâtiment – six par les fenêtres et sept par l’escalier – et le feu a été maîtrisé en une heure environ.

« J’ai entendu des gens qui couraient, qui criaient au feu, je suis venu voir ce qu’il se passait », explique Khalaf, un voisin. Son petit garçon dans les bras, il regarde les pompiers s’affairer. « Cela m’inquiète, bien sûr, cet incendie s’est déclaré dans un immeuble d’habitation, avec des familles qui vivent dedans », reprend-il.

Les pompiers sont intervenus pour évacuer la cinquantaine d'habitants de cet immeuble à Ivry-sur-Seine. Les pompiers sont intervenus pour évacuer la cinquantaine d’habitants de cet immeuble à Ivry-sur-Seine. – M. Lefèvre / BSPP

« C’était tous des Algériens sans papiers »

A quelques pas de là, cinq hommes parlent en cercle, les visages fermés. Mehdi, un Algérien sans papiers, explique qu’il vivait dans cet appartement il y a un an et connaissait tous les hommes qui le squattaient. « Je crois que le petit, celui qui avait 17 ans, il est mort, regrette Mehdi. Moi, j’étais chez un ami en Essonne, mais dès qu’on m’a prévenu pour l’incendie, je suis venu direct. C’était tous des Algériens sans papiers. Avec le froid, ils étaient obligés de squatter. Paix à leur âme. Cela aurait pu être moi, ou lui », insiste-t-il en montrant un compagnon d’infortune, les joues creuses. Ce dernier refuse de partager son sentiment, trop ému pour parler.

La raison de cet incendie reste pour le moment indéterminée. Et la police scientifique devait intervenir dimanche après-midi pour réaliser des prélèvements.

Les habitants hébergés à l’hôtel ou dans un gymnase

Philippe Bouyssou (PCF), le maire d’Ivry-sur-Seine, s’est rapidement rendu sur place. Et il regrette ce « drame ». « Heureusement, les pompiers sont arrivés rapidement, souffle l’élu. Les quatre personnes hospitalisées, dont un enfant, souffrent d’intoxication, leurs jours ne sont donc pas en danger. » Lui assure que dans cet immeuble, « deux ou trois appartements étaient squattés ». Dont celui du rez-de-chaussée, à voir le trou dans le mur qui laisse imaginer des fenêtres obstruées et des coups de hache des pompiers.

« C’est terrible de voir ça, insiste Philippe Bouyssou. Avec la misère, la précarité qu’il y a aujourd’hui, nos concitoyens essaient de se mettre à l’abri. » Le maire promet que tous les habitants de l’immeuble seront hébergés dimanche soir. « On est en train de recenser les personnes sans solution. Ils dormiront soit à l’hôtel, soit au gymnase Pierre et Marie Curie que nous allons ouvrir. »

Paris

Ivry-sur-Seine : Deux morts et un blessé grave dans l’incendie d’un immeuble d’habitations

0 partage