VIDEO. « Hier, je suis venu en Abraham Simpson »… Le Toulouse Game Show, paradis du cosplay

Sailor Moon et l’Homme masqué, bien présents au Toulouse Game Show. — Nicolas Stival / 20 Minutes

  • De nombreux visiteurs sont venus déguisés au Toulouse Game Show, organisés samedi et dimanche.
  • Ces cosplayers, de tout âge, viennent partager leur passion pour la culture japonaise, mais pas seulement.

Un serpent d’une bonne centaine de mètres qui zigzague devant le Parc des expositions, par une fin de matinée dominicale brumeuse sur les bords de Garonne. Pas de doute, on s’apprête à visiter le Toulouse Game Show (TGS), 13e du nom, qui réunira ce week-end comme chaque année près de 60.000 visiteurs.

A l’intérieur, des myriades de stands liés à la culture pop (nourriture, tee-shirts, posters, figurines et autres goodies), surtout japonaise. Mais aussi des files d’attente pour rencontrer des YouTubeurs et des personnalités adulées par le microcosme geek, comme cette année Holly Marie Combs de la série Charmed ou, dans un tout autre genre, Jacky du Club Dorothée ainsi que Patrick Puydebat et Manuela Lopez d’Hélène et les Garçons.

Le néophyte bloque surtout sur le nombre d’adeptes de cosplay, ces fans qui se déguisent en personnages divers et variés. Beaucoup de jeunes bien sûr, comme Arthur (19 ans), un fidèle du TGS depuis 2013, dans le costume de San Goku (Dragon Ball) qu’il a façonné avec sa mère. Ou les Castraises Lorane et Emma (18 ans chacune), devenues le temps d’une visite Morgana et Xayah, du jeu vidéo League of Legends, lentilles de couleur à l’appui.

De « League of Legends » au Toulouse Game Show. De « League of Legends » au Toulouse Game Show. – Nicolas Stival / 20 Minutes

Jean-Philippe pourrait être leur père. A 46 ans, il se balade de hall en hall grimé en Tortue Géniale, le vieux maître en arts martiaux de Dragon Ball. « Je n’ai commencé qu’il y a un an et demi, mais je fais toutes les conventions du sud de la France, explique ce Toulousain. Hier [samedi], je suis venu en Abraham Simpson. »

Tortue Géniale, en balade dans les allées du TGS. Tortue Géniale, en balade dans les allées du TGS. – Nicolas Stival / 20 Minutes

Voyageur et polyvalent : voici deux traits caractéristiques du cosplayer que partagent les quadragénaires aveyronnais Laurent et Virginie. Ou plutôt, Geralt de Riv et Triss Merigold, personnages du jeu The Witcher, qui se déplacent aussi à Lyon, Avignon, Paris, ou encore Marseille.

Le cosplayer a la bougeotte

« Hier [samedi], nous étions d’autres personnages du même jeu, explique Laurent, qui a cette fois laissé sa fille adolescente à Villefranche-de-Rouergue. Cela fait trois-quatre ans qu’on vient habillés ainsi. On venait déjà avant mais on a fini par se dire : « c’est dommage de ne pas jouer le jeu ». Maintenant, on aimerait bien aller en Allemagne, où il y a de très bons cosplayers. » Eux ne sont déjà pas mal dans leur genre, dans leurs tenues 100 % artisanales qui leur ont demandé des dizaines et des dizaines d’heures de boulot…

Geralt et Triss, de « The Witcher », sont venus de Villefranche-de-Rouergue. Geralt et Triss, de « The Witcher », sont venus de Villefranche-de-Rouergue. – Nicolas Stival / 20 Minutes

Le TGS, c’est donc l’amour du travail bien fait, mais aussi beaucoup de tendresse, avec des pandas qui tombent dans les bras de licornes, un panneau « Free Hugs » autour du cou. Ou bien Yannick (39 ans) et Cyril (28 ans), qui posent en Sailor Moon et l’Homme masqué devant le stand Albator.

Jimmy, 31 ans, fait plus dans l’hormonal. Seul Aquaman des environs au milieu d’une horde de Pikachu, ce sosie de Jason Momoa, en un peu moins musclé tout de même, peut comme l’acteur hawaïen se muer en Khal Drogo (Game of Thrones). « Je fais aussi beaucoup de méchants, comme Deathstroke [l’un des innombrables ennemis de Batman]. »

Gentils ou méchants, ados ou parents, tous les cosplayers croisés au TGS font partie d’une même famille, heureuse de se retrouver dans un lieu bienveillant. Ils se sont déjà donné rendez-vous au Parc des Expos dans un an.

Culture

VIDEO. Japan Expo 2019: «Gundam», «Goldorak», «Evangelion»… Pourquoi les Japonais sont fascinés par les robots géants?

14 partages