VIDEO. Fusillade d’El Paso: Trump accusé d’attiser la haine avec sa rhétorique sur une «invasion» des migrants

Donald Trump en campagne dans l’Ohio, le 1er août 2019. — USA Today Network/Sipa

« Cette attaque est une réponse à l’invasion hispanique du Texas. » Dans un manifeste que les autorités jugent authentique, l’auteur présumé de la tuerie d’El Paso, qui a fait 22 victimes, samedi, principalement dans la communauté latino, reprend des thèses du suprémacisme blanc, notamment sur la théorie du « grand remplacement ». Les mots de Patrick Crusius font également écho à ceux de Donald Trump, qui dénonce régulièrement « l’invasion » des migrants d’Amérique centrale. Alors que Donald Trump doit se rendre mercredi au Texas, Beto O’Rourke, ancien conseiller municipal d’El Paso et actuel candidat à la primaire démocrate, a prévenu : « Ce président, qui a alimenté la haine ayant rendu possible la tragédie de samedi, ne devrait pas venir. »

Lundi, Donald Trump avait appelé à l’unité, dénonçant « la haine raciste » et le « suprémacisme blanc » du tireur. Mais les démocrates lui reprochent d’avoir contribué au climat actuel avec une rhétorique « déshumanisante ».
2.200 spots Facebook mentionnent une « invasion »

Au lancement de sa campagne, en 2015, Donald Trump avait attaqué « les violeurs » mexicains amenant « la drogue et le crime » aux Etats-Unis. Depuis, il s’est moqué, en privé, des « pays de merde » d’Afrique et d’Amérique centrale, qualifié certains migrants de « rats », parlé « d’infestation » et invité quatre élues démocrates issues de minorités à « retourner dans [leur pays].

Surtout, face à la « caravane » de migrants d’Amérique centrale, le président américain agite régulièrement le spectre d’une « invasion », une expression qu’il a employée à une dizaine de reprises dans des discours publics, assurant en parallèle être « la personne la moins raciste du monde ».

Ses discours ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Mardi, le New York Times a analysé les spots anxiogènes diffusés par la campagne de Donald Trump sur Facebook. Depuis janvier, 2.200 clips mentionnent une « invasion » pour inciter ses supporteurs à donner de l’argent à sa campagne ou pour construire le mur. Au total, Donald Trump, qui avait déjà misé gros en 2016 sur Facebook, a dépensé 16 millions de dollars en un an pour booster ses publicités (tous thèmes confondus) sur le réseau social. C’est huit fois plus que Bernie Sanders ou Joe Biden.

By the Web

Fusillade au Texas: Comment la théorie du «grand remplacement» s’est exportée aux Etats-Unis

By the Web

Fusillades aux Etats-Unis: Comment le forum 8chan est devenu l’antichambre de la haine

24 partages