VIDEO. Coronavirus: Donald Trump coupe les ponts avec l’OMS

Donald Trump dans le Michigan le 21 mai 2020. — Alex Brandon/AP/SIPA

La crise entre les Etats-Unis et la Chine a fait une nouvelle victime : l’Organisation mondiale de la santé. Donald Trump a en effet mis à exécution sa menace de couper les ponts avec l’OMS, qu’il accuse de complaisance envers Pékin. Ce n’est cependant pas une surprise. Donald Trump avait déjà coupé la contribution financière accordée par son pays à l’Organisation.

Premier bailleur de l’agence

Le président américain a donc annoncé vendredi « mettre fin à la relation » entre son pays et l’OMS. Les Etats-Unis, qui sont traditionnellement les premiers bailleurs de fonds de l’agence onusienne, vont « rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent », a déclaré le locataire de la Maison-Blanche.

Cette annonce survient alors que la pandémie continue de faire des ravages aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Russie, de plomber l’économie mondiale, et menace de reprendre de l’élan en Corée du Sud. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 102.201 décès pour 1.731.035 cas. Suivent le Royaume-Uni avec 38.161 morts, l’Italie (33.229), la France (28.714) et le Brésil (27.878), passé vendredi en cinquième position de ce triste classement, devant l’Espagne (27.121).

New York va lever partiellement les restrictions

En outre, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, a annoncé vendredi qu’il prévoyait une levée partielle du confinement pour la ville de New York la semaine du 8 juin, à condition que les indicateurs de santé publique soient satisfaisants. Cet assouplissement ne concernerait dans un premier temps qu’une partie de l’économie, principalement le bâtiment et l’activité manufacturière. New York est, de très loin, la ville la plus touchée au monde par le coronavirus, qui y a tué plus de 21.000 personnes.

Santé

L’OMS suspend les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine par sécurité

Monde

Pékin « au bord d’une nouvelle Guerre froide » avec les USA, selon le ministre des Affaires étrangères chinois

4 partages