Vendée Globe : Burton a réparé son mât… Le bateau de Troussel rentre à Lorient en cargo… Le journal de la course

Louis Burton, à bord de Bureau Vallée 2 — Vincent Olivaud

Le journal du 21 décembre

Rien de bien nouveau en tête de Vendée Globe. Yannick Bestaven continue de jouer sa partition sur Maître Coq IV, suivi de près par l’ancien leader de la course, Charlie Dalin (Apivia), lui-même suivi d’encore plus près par un autre ex-leader de la course, Thomas Ruyant (LinkedOut). Le trio navigue le long de la zone des glaces à allure raisonnable mais bien loin des plus de 20 nœuds entrevus en milieu de semaine dernière.

Le classement à 9 heures

1) Yannick Bestaven (Maître Coq IV)

2) Charlie Dalin (Apivia), à 136 nm

3) Thomas Ruyant (LinkedOut), à 166 nm

4) Boris Herrmann (Seaexplorer – Yacht club de Monaco), à 390nm

5) Jean Le Cam (Yes We Cam !), à 417 nm

Louis Burton le bricoleur

Fumée blanche pour Louis Burton​ (Bureau Vallée 2). Le Malouin a enfin réussi à réparer son mât du côté des Macquarie et va pouvoir reprendre sa route en avant. Encore sur le podium de la course il y a à peine deux semaines, Burton a enchaîné pépins sur pépins (la fameuse loi des séries) et le voilà désormais à la 11e place. Mais le skippeur sur le bateau vainqueur d’Armel Le Cléac’h il y a quatre ans voit la lumière au bout du tunnel après avoir grimpé à son mât. Le rail de grand-voile est à nouveau opérationnel. « Ça fait partie des trucs les plus hard que j’aie faits de ma vie de navigateur », a-t-il déclaré, dans un grand cri de soulagement. Déterminé comme jamais, il est prêt à fondre sur la concurrence. A commencer par Maxime Sorel, qui vient de le dépasser.

Le bateau de Nicolas Troussel rentre à dos de cargo

Remis de sa déprime post-abandon après son démâtage en tout début de Vendée Globe, Nicolas Troussel a la tête à la prochaine Transat Jacques-Vabre. Son bateau, lui, est en route pour Lorient, à bord d’un cargo.

Jéremie Beyou aux portes du top 20

L’avancée continue pour l’ancien favori de la course sur Charal, à l’ouest du cap Leeuwin. Beyou a été dépassé par un front dont il profite des derniers vents sous un beau soleil, avant de se heurter à une zone de molle. Pour le moment, dit-il, « les conditions de navigation sont agréables ». Le skippeur est pour le moment 21e, intercalé entre son poursuivant Kojiro Shiraishi et son prédécesseur, Manuel Cousin. Longtemps dernier, Jérémie Beyou se trouve désormais aux portes du top 20. Une belle progression.

Sport

Vendée Globe : La zone des glaces, la fameuse ZEA, c’est quoi au juste ? C’est la question de la semaine

Sport

Vendée Globe : Travaillées sur terre, appliquées en mer, les données météo sont les meilleures alliées des skippeurs

0 partage