Variole du singe : Un premier cas détecté à Hong Kong

Hong Kong a enregistré son premier cas de variole du singe. Il s’agit d’un homme âgé de 30 ans, qui se trouvait en quarantaine dans un hôtel après son arrivée sur le territoire, et qui a montré des symptômes de la maladie, ont annoncé mardi des responsables de la santé.

Le patient, arrivé lundi à Hong Kong​, a été hospitalisé après avoir dit qu’il se sentait mal, a expliqué l’un de ces responsables, Edwin Tsui. Il n’a eu aucun contact avec la population locale et a été catégorisé comme un cas importé, a-t-il ajouté, assurant que le risque de voir des habitants de Hong Kong contaminés était « très faible ».

Un long voyage

Les voyageurs arrivant à Hong Kong doivent subir une quarantaine de trois jours dans un hôtel dans le cadre de la stratégie « zéro Covid » pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Le patient atteint de la variole du singe était resté aux Etats-Unis durant la majeure partie du mois d’août avant d’aller passer une semaine au Canada puis de se rendre aux Philippines avant sa venue à Hong Kong.

Un niveau d’alerte relevé

Il a montré des symptômes tels que des éruptions cutanées, des ganglions lymphatiques gonflés et un mal de gorge durant la semaine précédant son hospitalisation, selon des responsables de la santé.

Hong Kong va relever son niveau d’alerte pour la variole du singe et notifier ce cas à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi qu’à la Chine continentale, selon des responsables.