Var: «Ils se foutent éperdument de la sécurité de leurs salariés», les autorités alertent sur les accidents de travail

Des ouvriers travaillent sur une maison individuelle sans protection pour éviter les chutes. — Direccte Var

  • Les autorités du Var s’alarment d’une recrudescence des accidents de travail liés à des travaux en hauteur.
  • Selon le directeur de la Direccte Var, il y a « une course à l’ubérisation dans le BTP » qui explique ce manque de dispositifs de sécurité pourtant obligatoires.
  • Il cible en premier lieu les maîtres d’ouvrage, responsables de la sécurité sur les chantiers.

Un gros chantier de BTP à Toulon, comme il en existe des centaines partout en France. Un agent coordonnateur constate un matin des ouvriers travaillant en hauteur sans protection, il demande à l’entreprise de faire le nécessaire. L’après-midi, des inspecteurs du travail passent par hasard devant le même chantier.

Les trois personnes «encadrantes» d'un gros chantier à Toulon. Les trois personnes «encadrantes» d’un gros chantier à Toulon. – Direccte Var

« Là, ils constatent trois personnes sur une nacelle à 15 mètres de hauteur, dépourvues de moyens de sécurité. A la vue de leurs vêtements il ne s’agit pas d’ouvriers mais de personnes de l’encadrement censées justement assurer la sécurité. Mais pire encore, au moment même où les inspecteurs constatent ces infractions, deux grues du chantier se percutent de plein fouet. Après vérifications nous nous sommes aperçus que les dispositifs anticollisions avaient été sciemment débranchés », déplore Hervé Belmont, directeur de l’unité départementale de la Direccte du Var.

Trois morts depuis le début de l’année

Un constat qui l’amène à la « nécessité » de convoquer la presse pour « interpeller les personnes et les institutions sur une situation qui nous préoccupe grandement », explique-t-il. « Nous constatons une aggravation des accidents de travail liés à des travaux en hauteur dans notre département, avec des morts et des blessés. Cette situation est inacceptable, quelle que soit la taille du chantier », regrette Hervé Belmont.

Huit accidents de travail graves se sont produits dans le secteur du BTP, dont quatre ont entraîné le décès de la victime. Cinq de ces accidents sont directement liés à une chute de hauteur, dont trois mortels. Comme cet ouvrier qui travaillait sur l’échafaudage d’une maison individuelle, dépourvu de garde-corps.

« Il avait été employé illégalement pour trois jours d’intérim. Un jour de vent, il a fait une chute de six mètres qui lui a été fatale », détaille une inspectrice.

C'est depuis cet échafaudage, qui n'est pas aux normes, qu'un ouvrier a chuté mortellement. C’est depuis cet échafaudage, qui n’est pas aux normes, qu’un ouvrier a chuté mortellement. – Direccte Var

« La sécurité à un prix qui n’a pas de prix »

Lors d’un contrôle à la fin du mois de mars, un autre inspecteur fait une observation à une entreprise sur un chantier. « Il nous a dit :  » Bien messieurs je fais le nécessaire « . On est revenu contrôler deux jours plus tard, rien n’avait été fait.  » C’est bien compris messieurs, je fais le nécessaire « , nous répond-il. Mais lorsque nous sommes revenus une troisième fois, toujours rien n’avait été fait. Nous avons prononcé un arrêt de chantier », explique l’agent.

« Les gens n’en ont rien à foutre, pardonnez-moi l’expression. Ils s’en foutent éperdument de la sécurité de leur salarié », se désole Hervé Belmont qui y voit plusieurs explications.

« Les mesures de sécurité ont un coût, de temps et d’argent. Il y a une sorte d’ubérisation du BTP avec une course au moins-disant, au moins cher. Alors que la sécurité à un prix qui n’a pas de prix », avance-t-il.

L'un des employés de ce chantier à Toulon ne dispose d'aucun système de securité, malgré son baudrier. L’un des employés de ce chantier à Toulon ne dispose d’aucun système de securité, malgré son baudrier. – Direccte Var

Les maîtres d’ouvrage dans le viseur

Il prévient donc : « Ce que je cible, c’est la responsabilité du maître d’ouvrage, qu’il soit public comme privé. C’est notre cible numéro 1 et nous n’hésiterons pas à saisir la justice systématiquement. » Sa responsabilité diffère qu’il soit professionnel ou particulier, mais c’est bien à lui de s’assurer que les mesures de sécurité sont respectées sur le chantier.

La dirrecte n’hésitera pas à prononcer des arrêts de chantier qui peuvent avoir de graves conséquences pour l’entreprise, le maître d’ouvrage et le client. « Un chantier de 45 maisons individuelles est arrêté depuis sept mois dans le département », illustre Hervé Belmont. Le tribunal correctionnel de Nice a par ailleurs condamné le conseil départemental des Alpes Maritimes, qui a fait appel, ainsi que trois de ses fonctionnaires pour des manquements à la sécurité sur un chantier.

Faits divers

Alpes-de-Haute-Provence: Un ouvrier meurt enseveli dans l’effondrement d’un tunnel ferroviaire

Marseille

Var : Il se fait arracher le bras par une machine agricole… et se le fait réimplanter trois heures après

3 partages