Vague de froid sur la France, avec des chutes de neige prévues vendredi du nord au sud

Ce n’est pas un poisson d’avril. Il va falloir remiser les claquettes et lunettes de soleil sorties ces derniers jours et opter pour de seyants après-ski à partir de vendredi. Une masse d’air vraiment très froide en provenance de l’Arctique va en effet toucher la France ces prochains jours et la chute des températures s’annonce vertigineuse.

Cet épisode devrait se traduire par des chutes de neige, notamment en plaine, du nord au sud du territoire selon les calculs de  Météo-France. Des averses de neige arrivées par le littoral de la Manche, associées à des vents de 70 à 80 km/h sont attendues des Hauts-de-France au Massif central en passant par l’Île-de-France et la région Centre dans la deuxième partie de la nuit de jeudi à vendredi.

« La tenue au sol devrait être freinée par des températures de surface élevées. On attend 5 à 10 cm dans les Hauts-de-France, de 2 à 5 cm dans la région Centre et jusqu’à 5 cm en région parisienne », indique Véronique Ducrocq, directrice des opérations pour la prévision à Météo-France.

Si les Franciliens pourront faire des boules de neige, dans la Capitale intra-muros il ne sera certainement pas possible de rechausser les skis à Montmartre comme certains avaient pu le faire en 2018​.

Des précipitations neigeuses qui toucheront ensuite le Sud-Ouest, notamment le piémont pyrénéen où des flocons sont attendus dès 200 à 300 mètres d’altitude, avec un fort risque d’avalanche dans la journée de samedi. Ces prévisions devraient s’affiner ce jeudi, notamment sur les risques de gel ce week-end et les mesures à prendre pour éviter ce que certains ont connu l’an dernier, notamment au niveau des arboriculteurs qui avaient vu une partie de leur production touchée par la vague de froid.

Une alternance entre des douceurs printanières connues au cours des derniers jours et une rigueur tout hivernale pour une fin mars qui n’est pas si rare. C’est même plutôt fréquent au printemps selon les spécialistes. Cela a été le cas l’an dernier, mais aussi en 2018 ou encore 2013 où en deux jours les températures ont chuté de 14 °C.