Vague Belharra au Pays basque : Un appel à la prudence aux curieux qui voudraient observer le phénomène

La fameuse vague Belharra « pourrait se déclencher jeudi », annonce ce mercredi la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Du haut des falaises de la corniche basque, à la faveur d’un horizon dégagé, le point de vue est imprenable pour observer le phénomène qui ne se produit qu’à de rares occasions.

Craignant un afflux de curieux, le préfet « appelle à la plus grande vigilance au regard des risques générés par l’observation de cette vague. » La préfecture rappelle à celles et ceux qui voudraient observer au plus près ce phénomène le long de la côte basque, que la route de la Corniche, entre Saint-Jean-de-Luz et Hendaye, « est particulièrement sensible à l’érosion, avec des risques réels d’effondrement ».

Une vague qui peut atteindre une quinzaine, voire une vingtaine de mètres

Le sentier de la Corniche est par ailleurs fermé à la circulation par arrêté préfectoral depuis novembre 2021. « Les risques d’effondrement sont importants, comme en atteste un éboulement à l’endroit d’observation de la vague le 29 octobre 2020. Les personnes qui s’affranchissent de cette interdiction courent donc un risque important pour leur sécurité. » C’est pourquoi il est aussi interdit de se garer le long de la route de la Corniche.

La vague géante Belharra, qui peut atteindre une quinzaine, voire une vingtaine de mètres, se forme à 3 km au large de la corniche basque à Urrugne, au-dessus d’un relief sous-marin, un fond rocheux situé à environ douze à quinze mètres de profondeur, le Belharra Perdun (l’herbe verte en basque).

Mais il faut également que certaines conditions météorologiques soient réunies pour qu’elle prenne vie. C’est ce qui en fait la rareté, et ce qui suscite la curiosité. Les surfeurs les plus aguerris, qui ne peuvent l’appréhender qu’avec une technique particulière, attendent de leur côté son arrivée avec impatience. Cette vague géante a été surfée pour la première fois il y a vingt ans.