Vaccination : Des doses d’AstraZeneca vont-elles expirer fin mai ?

Des seringues du vaccin AstraZeneca (illustration). — SOPA Images/SIPA
  • Le compte à rebours a-t-il commencé pour le vaccin AstraZeneca? 
  • Natacha Bouchart, maire LR de Calais (Pas-de-Calais) et vice-présidente de la région Hauts-de-France, s’est inquiétée de la date d’expiration approchante des flacons de ce vaccin dans sa région.
  • Si ceux-ci expirent fin mai, les dernières doses reçues sur le reste du territoire sont utilisables jusqu’en juillet 2021.

La frilosité du public vis-à-vis du vaccinAstraZeneca contre le Covid-19 – à l’origine de rares cas de thrombose – risque-t-elle d’entraîner un gâchis de doses en raison de leur date de péremption approchante ?

La question a été soulevée au niveau local cette semaine par Natacha Bouchart, maire Les Républicains (LR) de Calais (Pas-de-Calais) et vice-présidente de la région Hauts-de-France, lors d’un passage sur Cnews : « On voit bien que le malaise [vis-à-vis d’AstraZeneca] est bien présent. Ces 1.000 doses, on les écoule petit à petit, chaque jour, par doses de 30, 40, 50 pour éviter d’arriver à cette date à laquelle on ne pourra plus les consommer, qui se situe à la fin mai. »

Un constat partagé auprès de BFMTV par Grégory Tempremant, responsable de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS)-pharmaciens Hauts-de-France : « Certains pharmaciens [des hôpitaux] m’ont dit qu’ils avaient des stocks qui périmaient le mois prochain, donc il y a urgence. C’est du pragmatisme. »

Mais ce risque existe-t-il aussi au niveau national ?

FAKE OFF

Contacté par 20 Minutes, François Martial, président de la conférence nationale des URPS-pharmaciens, explique le délai habituel d’acheminement d’un flacon de vaccin d’AstraZeneca : « Il faut compter le temps qu’il soit mis sur le marché par le biais de l’Europe, commandé par Santé Publique France et qu’il arrive dans nos officines… Aujourd’hui, les vaccins que l’on reçoit en avril périment en juillet 2021. »

« Les vaccins des Hauts-de-France qui expirent en mai ont dû être reçus en février. Il est possible qu’il y ait eu un lot ou un carton qui soit resté un peu plus longtemps sans être utilisé dans les Hauts-de-France et que sa date de péremption approche. Ce n’est pas impossible, mais ça m’étonnerait vu les tensions sur les stocks. »

De son côté, le docteur Philippe Arramon-Tucoo, président de la conférence nationale URPS-médecins libéraux, n’a pas non plus rencontré ce problème de date de péremption au mois de mai « ni dans [sa] région [Nouvelle-Aquitaine], ni au niveau national ». « Il y a une dizaine de jours, on comptait environ 30.000 doses distribuées mais pas encore injectées, ce qui n’a rien de choquant. Il faut espérer que les vaccins reçus en avril seront bien écoulés d’ici juillet. »

Un « inventaire précis » demandé aux lieux de stockage des vaccins

Jointe par 20 Minutes, la direction générale de la santé (DGS) rappelle que, comme l’a indiqué l’agence régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France, il a été demandé « à chaque lieu de stockage de vaccins AstraZeneca de réaliser un inventaire précis des dates d’expiration des doses et d’identifier celles qui arriveraient à expiration dans les prochaines semaines. »

« L’objectif de l’ARS est bien de pouvoir réallouer aux professionnels de ville des doses qui ne seraient pas utilisées en centre de vaccination. Après un échange avec le ministère de la Santé puis avec le comité régional de concertation citoyen vaccination anti-Covid […], un déploiement prioritaire de ces doses – principalement vers les pharmacies d’officine, pour respecter la qualité du circuit pharmaceutique – va être mis en place dès la semaine prochaine, afin qu’aucune dose ne soit perdue », conclut la DGS.

0 partage