Union européenne: La France dans un groupe de quatre pays pour évaluer le glyphosate

Le glyphosate — ALLILI/SIPA

La France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède ont été désignés lundi par l’Union européenne comme les pays membres chargés d’une première évaluation de l’herbicide controversé  glyphosate, en vue d’une future demande de réautorisation dans l’Union, a-t-on appris lundi auprès de la Commission européenne.

« Les Etats membres ont voté à l’unanimité pour la création d’un groupe d’Etats membres rapporteurs, une décision qui sera formellement adoptée dans les semaines à venir », a expliqué Anca Paduraru, porte-parole de la Commission européenne.

Une longue controverse

Cette décision a été prise ce lundi lors d’un comité technique sur les produits phytosanitaires par les 28 experts représentant les Etats membres, sur proposition de la Commission. En décembre 2017, l’exécutif européen avait renouvelé la licence du glyphosate dans l’Union européenne pour cinq ans, au terme d’une controverse de plus de deux ans.

Son autorisation court donc jusqu’au 15 décembre 2022 et les entreprises souhaitant la poursuivre au-delà de cette date devront déposer une demande de renouvellement trois ans avant l’échéance, soit d’ici la fin de l’année.

En prévision d’une telle demande, la Commission cherchait un Etat membre pour être rapporteur du dossier. Mais, selon les explications sur le site de la Commission consacré à la substance controversée, « dans le cas du glyphosate, en raison de l’importance prévue du dossier de demande et de la charge élevée qui en découle, aucun Etat membre ne s’est porté volontaire pour devenir Etat membre rapporteur ou (…) co-rapporteur ».

Justice

Lyon: Dernière décision dans la longue bataille opposant un agriculteur intoxiqué à Monsanto

Monde

Second procès du Roundup: Monsanto condamné à payer près de 81 millions de dollars

18 partages