Une pilote de 19 ans décolle pour un tour de monde en solo et vise un record

Elle souhaite devenir une source d’inspiration. Zara Rutherford, une pilote de 19 ans, a décollé mercredi de Belgique dans son avion biplace ultraléger, pour la première étape d’un tour du monde à travers 52 pays et cinq continents. «J’espère vraiment encourager les filles et les jeunes femmes à se lancer dans l’ aviation, les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques», a-t-elle souligné.

«En grandissant, je n’ai pas vu beaucoup de femmes dans ces domaines et c’était assez décourageant. J’espère donc être en mesure de changer cela», insiste-t-elle. Son odyssée aérienne peut être suivie sur le site Web de Rutherford, FlyZolo.com, ainsi que sur la plateforme TikTok.

Seule aux manettes

Son itinéraire a débuté par une brève traversée de la Manche, depuis sa ville natale de Courtrai, dans l’ouest de la Belgique, jusqu’aux côtes anglaises. Elle prévoit ensuite d’enchaîner les étapes à travers océans, déserts, forêts, et les vastes étendues sauvages de la Sibérie.

À bord de son minuscule avion à hélices, un ULM Shark UL pesant 325 kg, elle entend éviter les principaux hubs aéroportuaires très fréquentés, à l’exception de JFK de New York. Elle prévoit de se poser plutôt sur de petits aéroports et aérodromes pour se reposer la nuit et se ravitailler en carburant.

Elle a obtenu l’autorisation de survoler le Groenland, le Honduras, l’Arabie saoudite ou encore la Birmanie, et sera seule aux manettes pour l’ensemble des vols, qui dureront chaque fois de cinq à six heures. Zara Rutherford n’est pas la plus jeune pilote à faire un tour du monde aérien en solo : un Britannique de 18 ans, Travis Ludlow, y est parvenu en juillet. Mais elle entend bien être la plus jeune femme à accomplir cet exploit.

«Je suis extrêmement fière», indique sa mère

«Je n’ai pas très bien dormi, je suis assez nerveuse mais je suis vraiment excitée. Pour l’instant, j’ai encore du mal à y croire, je commencerai à réaliser en atterrissant au Royaume-Uni», a-t-elle confié à l’AFP.

A l’aéroport de Courtrai-Wevelgem, sa famille, ses amis, le maire de la ville et quelques journalistes s’étaient réunis pour assister au début de son aventure. Un moment poignant pour sa mère belge, Béatrice De Smet : «Évidemment, j’ai beaucoup d’émotions mélangées. Je suis une maman et j’ai le cœur qui se presse quand je la vois partir comme ça», glisse-t-elle. Dans le même temps, «je suis extrêmement fière du vol qu’elle va entreprendre», souligne-t-elle.

Si tout se passe comme prévu, Zara Rutherford sera de retour en Belgique le 4 novembre, avec un autre horizon : elle souhaite entamer des études d’ingénieur et, peut-être, devenir un jour astronaute.