Une enquête préliminaire ouverte pour « abus de confiance » et « recel » contre plusieurs dirigeants des Insoumis

Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, lors d’une manifestation. — FRED SCHEIBER/SIPA

Plusieurs dirigeants de La France Insoumise sont sous le coup d’une enquête préliminaire pour « abus de confiance » et « recel » a indiqué le parquet de Paris ce mardi. Celle-ci a été ouverte le 14 mai dernier et confiée à la brigade financière.

Elle viserait selon Europe 1 à vérifier les « conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés » en décembre 2019​ dans l’affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI en octobre 2018. Jean-Luc Mélenchon avait alors été condamné à trois mois avec sursis et 8.000 euros d’amende.

Mélenchon visé

Le député Bastien Lachaud, l’eurodéputé Manuel Bompard, le président de l’association L’Ere du peuple Bernard Pignerol et l’attaché de presse du mouvement avaient été condamnés à des amendes allant de 2.000 et 7.000 euros. Seul Alexis Corbière avait été relaxé.

Le leader du parti, Jean-Luc Mélenchon ferait partie des personnes visées si l’on en croit un tweet de l’hebdomadaire satirique, Le Canard enchaîné, qui annonçait un article sur le sujet dans son édition de mercredi.

Ce qui a déjà déclenché une réponse, par tweet interposé, du principal intéressé qui indique ne pas savoir de quoi il s’agit.

Faits divers

Marseille : Kamel Guemari, figure du Mcdo de Saint-Barthélemy, en garde à vue, Mélenchon dénonce une « provocation en vue des municipales »

Politique

Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon dit être « monté dans un train dont il n’arrive plus à descendre »

0 partage