Une cinquantaine d’établissements en grève ou en manifestation pour avoir plus d’heures de cours

Dans certains établissements de Perpignan, Grenoble, Aubusson, Colombes ou encore Gennevilliers, l’arrivée des nouvelles dotations horaires globales (DHG) est loin de faire des heureux. Il se trouve que cette enveloppe d’heures attribuée à chaque collège par la direction académique, afin d’assurer l’ensemble des enseignements (obligatoires et facultatifs) sur la semaine a baissé à certains endroits. Parents d’élèves et enseignants du secondaire ne comptent pas en rester là et se mobilisent pour réclamer de meilleures dotations en heures d’enseignement, et donc en postes de professeurs, pour leurs établissements à la rentrée prochaine.

« On nous retire des moyens pour la rentrée prochaine, avec des suppressions d’emplois qui font mal », regrette Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, premier syndicat du secondaire qui signale une cinquantaine d’établissements en grève ou en manifestation pour obtenir des moyens supplémentaires. Selon elle, « la baisse des dotations horaires, ça signifie que sur le terrain, on va avoir des suppressions de classes, des effectifs plus élevés par classe, l’abandon du travail en demi-groupe alors que les élèves ont plus que jamais besoin d’être encadrés après deux années de crise sanitaire, qui a engendré des retards pour certains ».

95 heures de cours hebdomadaires en moins à Gennevilliers

Interpellé mardi à l’Assemblée nationale, le ministre Jean-Michel Blanquer a affirmé qu’« il n’y a jamais eu autant d’augmentations budgétaires pour l’Education nationale que sous ce quinquennat, beaucoup plus que dans le quinquennat précédent et encore plus que dans le quinquennat d’avant ». Le ministère s’appuie sur les données démographiques (-6.000 élèves dans le second degré) pour expliquer la suppression de plus de 400 postes d’enseignants l’année prochaine en collège-lycée. Le secondaire connaîtra parallèlement la création de 300 postes de conseillers principaux d’éducation, 50 postes d’infirmiers et assistants sociaux et 60 postes d’inspecteurs.

Pourtant, à Gennevilliers en banlieue parisienne, « pour la quatrième année consécutive, le collège Guy Môquet, REP +, est très sévèrement touché et perd des heures : 32 à la rentrée 2022, 20 en 2021, 33 en 2020, 11 en 2019. Un total de 95 heures de cours par semaine a donc été supprimé alors que les effectifs n’ont cessé d’augmenter », déplore Guillaume Auzou, professeur d’EPS dans cet établissement. « Nos élèves, après deux années de scolarité sous Covid, auraient eu plutôt besoin d’avoir des classes moins chargées et plus d’heures en demi-groupes », préconise-t-il.

« C’est l’équivalent d’un collège qui a disparu »

A Colombes près de Paris, les représentants des parents du collège Marguerite Duras sont également mobilisés pour éviter d’avoir des classes à 27-28 élèves à la rentrée contre 22 aujourd’hui. « Cela signifierait tout simplement la fin de la politique d’éducation prioritaire sur un collège défavorisé de notre territoire », rappellent les parents d’élèves de la FCPE dans un courrier adressé au maire de la ville. Ils mettent en avant « le niveau des élèves, particulièrement bas, suite aux divers confinements liés au Covid ».

La FCPE assure dans un communiqué que « de Dunkerque à Montfort-sur-Risle, de Saint-Pierre-lès-Elbeuf à Figeac, la colère gronde chez les parents ». En cause, selon elle, « une DHG 2022 en dessous de toutes les attentes et besoins des élèves ». Pour le député LFI François Ruffin, « en un mandat de Macron », dans la Somme – son département –, « c’est l’équivalent d’un collège qui a disparu. En France, ce sont 175 collèges – près de 8.000 enseignants ».

Mardi à l’Assemblée nationale, la députée PCF des Hauts-de-Seine Elsa Faucillon a interpellé Jean-Michel Blanquer sur cette baisse des dotations « vécue comme abandon et mépris supplémentaire, a fortiori après deux ans de crise ». « Ces moyens en plus pour ceux qui ont moins, ce n’est pas un privilège ni un caprice, ils sont déterminants pour l’avenir de nos enfants », a-t-elle lancé.