Un tableau retrouvé par hasard vendu pour plus de 24 millions d’euros

« Le Christ moqué » de Cimabue, photographié à Paris, le 24 octobre 2019. — Michel Euler/AP/SIPA

Il avait été retrouvé tout à fait par hasard, dans la maison d’une femme âgée, à Compiègne. Dimanche, il a été vendu pour de 24 millions d’euros. « Le Christ moqué », un chef-d’œuvre très rare du peintre italien Cimabue (1272-1302) est ainsi devenu le tableau primitif le plus cher adjugé en vente publique dans le monde.

L’enchère historique a débuté à 3 millions d’euros. Parmi les huit enchérisseurs, trois étaient dans la salle, à Senlis, dans l’Oise. L’œuvre avait été estimée entre 4 et 6 millions d’euros. Actéon, qui organisait la vente, n’a pas précisé quel était le profil de l’acquéreur du tableau.

Accroché au-dessus d’une plaque chauffante

« Ce tableau devient le tableau primitif (pré-1500) le plus cher au monde (…) et aussi le 8e tableau ancien le plus cher au monde derrière le « Salvator Mundi » de Léonard de Vinci (2017), « Le massacre des Innocents » de Rubens (2002), « Loth et ses filles » de Rubens (2016), le portrait de Cosme de Médicis de Pontormo (1989), le portrait de femme de Rembrandt (2000), le portrait de Laurent de Medicis de Raphaël (2007) et le grand Canal de Canaletto (2005) », a précisé dans un communiqué Actéon.

« Le Christ moqué » est le thème de ce tableau de petite taille (25,8 cm sur 20,3 cm), peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de peuplier, élément d’un diptyque de 1280 dans lequel étaient représentées sur huit panneaux de taille semblable des scènes de la Passion.

Une vieille dame, au domicile de laquelle l’œuvre était conservée, l’avait signalée à l’hôtel des ventes Actéon de Compiègne, sans pouvoir dire d’où elle provenait. Le tableau, qui montre le Christ entouré d’une foule d’hommes à l’expression hargneuse et grimaçante, était accroché entre son salon et sa cuisine, au-dessus d’une plaque chauffante.

Excellente conservation

« Les traces de l’ancien encadrement, les petits pointillés ronds exécutés de la même façon au poinçon, le style, l’ornementation du fond d’or, la correspondance des dos des panneaux et l’état respectif des trois panneaux confirment que ces panneaux constituaient le volet gauche du même diptyque », avait expliqué la maison de ventes, après l’avoir fait analyser par le cabinet Turquin, expert pour les œuvres d’art ancien à Paris.

La réflectographie à l’infrarouge a révélé un dessin sous-jacent et un état de conservation excellent, malgré quelques minimes retouches. La couche picturale est dans un excellent état bien que très encrassée au fil des siècles.

L’un des premiers témoignages de l’art occidental

« Nous avons eu de l’intérêt de la part de tous les grands musées du monde. Par ailleurs, des collectionneurs d’art contemporain que nous ne connaissions pas se sont également montrés vivement intéressés, ce qui est un phénomène tout à fait nouveau pour nous experts en peinture ancienne », a rapporté Eric Turquin. « Même si le tableau est austère, il y a une émotion dans les visages, les gestes », a-t-il estimé.

Cenni di Pepo, dit Cimabue, (1272-1302) est l’une des plus grandes figures de la pré-Renaissance. Peintre florentin, il a assuré le renouvellement de la peinture byzantine en rompant avec son formalisme et ses images codifiées par le dogme.

Influencé par l’esprit franciscain, il a ouvert les portes au naturalisme de l’art de la pré-Renaissance, donnant une âme à ses personnages et réalisant les premières perspectives. Cette œuvre constitue l’un des premiers témoignages de l’art occidental, qui a ouvert la voie aux plus grands peintres tels Giotto.

Culture

VIDEO. Toulouse: Pourquoi la vente d’un mystérieux tableau attribué au Caravage (et retrouvé dans un grenier) est un événement

La pire restauration d’oeuvre d’art a eu lieu en Espagne

132 partages