Un site parodique baptisé «camp de concentration» signalé au procureur de Paris

Capture d’écran du site campdeconcentration.com — Capture d’écran du site campdeconcentration.com

Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, a indiqué, mercredi sur Twitter, avoir signalé au procureur de Paris l’existence d’un site parodique « banalisant de manière outrancière » la Shoah. Le site en question, baptisé « camp de concentration » et réalisé en partie par le site Nordpresse, se présente comme « une parodie réalisée par des militants de défense de la mémoire des crimes nazis pour éveiller les consciences à la perte de souvenir de ce qu’ont été les camps ».

« C’est une parodie et si vous pensez que c’est une promotion du nazisme ou une forme de révisionnisme, vous devez consulter. C’est tout l’inverse », peut-on lire par ailleurs sur le site internet.

Nordpresse se défend

Une « initiative » notamment critiquée par Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français établis hors de France. Mais aussi par des internautes, déplorant un « humour douteux ».

Sur Twitter, reprenant la déclaration de Frédéric Pottier, Nordpresse n’a pas tardé à réagir. « Vous êtes en train de tirer un missile dans votre combat en vous attaquant à une parodie créée sans la moindre intention de haine. En vous attaquant à quelqu’un qui la combat tous les jours. Honte », a ainsi tweeté le site parodique.