Un médecin de famille jugé après la mort de faim d’un bébé

Un enfant observé par un médecin. (Illustration) — Valery Sharifulin/TASS/Sipa USA/SIPA

Un médecin de famille jugé après la mort de faim d’un bébé de 22 mois. Le docteur Jean-Louis V., 62 ans, est poursuivi pour « non-assistance à personne en danger », un « fait rare » selon l’association L’Enfant bleu, partie civile après la mort du petit Gabin en 2013. Le médecin traitant a plaidé, ce jeudi, l’erreur d’appréciation devant le tribunal correctionnel de Guéret, dans la Creuse.

Le procureur Bruno Sauvage, qui s’en est remis au jugement de la cour, a souligné que les juges devaient se demander si le médecin avait conscience ou non du péril imminent pour Gabin lors de ses visites. « Ce ne sont pas les négligences qui lui sont reprochées. Il s’agit de déterminer si le comportement du médecin était intentionnel. Etait-il conscient du péril ? Est-ce sciemment et volontairement qu’il s’est abstenu d’apporter assistance à Gabin ? ».

« J’avais la famille parfaite en face de moi »

Masque sur le nez, costume noir, cheveux poivre et sel, le médecin, toujours en activité, a affirmé devant le tribunal n’avoir « rien vu ». « L’état de Gabin ne m’inspirait pas d’inquiétude. Pendant les consultations, il était toujours propre et bien vêtu. Il était toujours dans les bras de sa mère. J’avais la famille parfaite en face de moi. Céline Vialette n’a jamais posé de problème. Elle était très attentive à son enfant. Elle semblait s’occuper parfaitement de Gabin », a poursuivi le médecin.

« Ne fallait-il pas être plus vigilant ? », demande le président du tribunal Arnaud Baron, rappelant que le médecin connaissait les difficultés sociales de la famille, les problèmes d’addiction du père et qu’il était le confident des problèmes de couple. Le médecin répond : « Sur l’instant pas spécialement. J’avais vu Céline Vialette élever Melvin [le fils aîné né 5 ans avant Gabin], elle semblait s’occuper parfaitement de Gabin. J’avais plus de soucis sur les capacités d’Edouard Ruaud, le père. Céline Vialette ne m’a jamais parlé du poids de Gabin, si elle m’en a parlé c’est parce que je lui ai posé la question. Je ne mesurais pas un quelconque danger, sinon j’aurais agi. C’est mon métier et ma raison de vivre ».

A sa mort, Gabin faisait le poids d’un bébé de trois mois

Entre janvier et juin 2012, Gabin perd 400 grammes. Le médecin admet qu’il ne « s’en est pas rendu compte. Je me suis fié à l’état visuel… Il est né avec un petit poids mais sa courbe suivait grossièrement la courbe de l’OMS ». « Si vous aviez vu, vous auriez pu sauver cet enfant ? », lui demande le président. « Je pense que non. Parce qu’entre la dernière consultation et la mort, sa perte de poids est énorme. Il serait décédé quand même. Les parents sont les seuls responsables dans cette histoire ».

Le 25 avril 2013, lors de sa dernière visite chez le médecin, « Gabin pesait 8,550 kg. Six semaines plus tard, quand il est mort » aux urgences, le 7 juin, « il ne pesait plus que 5,825 kg. […] C’est le poids qu’il faisait à trois mois », avait souligné l’accusation lors du procès des parents.

Les parents lourdement condamnés ont fait appel

Depuis la mort de Gabin, le docteur assure avoir changé sa pratique : « J’essaye de m’intéresser un peu plus à la croissance. Je note tous les poids et les tailles. Je ne m’imaginais pas faire une erreur aussi grossière. Je comprends que les experts puissent être très en colère ».

Edouard Ruaud, 40 ans, et Céline Vialette, 34 ans, avaient affirmé lors du procès avoir été accaparés par des difficultés de couple et d’argent. Condamnés le 15 novembre 2019 à 17 ans de réclusion criminelle – ils ont depuis fait appel –, ils se sont portés partie civile et suivaient le procès par visio-conférence depuis leur lieu de détention.

Le jugement sera rendu le 2 juillet.

Faits divers

Procès pour un quintuple infanticide: «Pour moi, c’était seulement des êtres qui grandissaient en moi» témoigne la mère

Faits divers

Mort d’un petit garçon près de Bordeaux: La mère de famille a avoué avoir administré des médicaments à son fils

3 partages