Un homme a-t-il écopé d’une amende de 135 euros parce qu’il transportait un « gilet jaune » dans son sac ?

Un « gilet jaune » devant une barrière de péage (image d’illustration). — SYLVAIN THOMAS / AFP

  • Dans une vidéo visionnée des dizaines de milliers de fois, un homme semble écoper d’une amende de 135 euros pour avoir simplement transporté un gilet jaune dans son sac à dos.
  • La séquence s’est déroulée samedi 7 septembre, à proximité du Palais des Congrès de Bordeaux, où La République en marche (LREM) organisait un « Campus des territoires ». 
  • 20 Minutes revient sur le déroulé des évènements et sur la légalité d’une telle sanction, avec les explications de la police et de la préfecture de Gironde.

« Images de la dictature française, amende pour gilet jaune », « une honte pour la France »… Sur les réseaux sociaux, les commentaires indignés ne manquent pas pour qualifier une séquence devenue virale depuis sa diffusion en direct sur Facebook, samedi 7 septembre, lors de l’acte 43 du mouvement social des « gilets jaunes ».

On y voit, juste à côté de l’arrêt de tram situé à côté du Palais des Congrès de Bordeaux – où se tenait, ce week-end, la première université d’été de La République en marche (LREM) –, un homme tenir un gilet jaune dans chaque main face à plusieurs policiers. Tandis qu’ils procèdent à son contrôle d’identité, la vidéaste filmant la scène s’exclame : « 135 [euros d’amende] pour avoir porté un gilet jaune dans le sac, mais ils sont sérieux, les mecs ? ! »

Si cette amende peut paraître aussi injustifiée que son montant disproportionné, elle reste pourtant légale au vu des dispositions mises en place ce jour-là par la préfète de Gironde.

FAKE OFF

Contactée par 20 Minutes, Véronique, la « gilet jaune » à l’origine de cette vidéo, explique : « Nous sommes allés près du palais des Congrès, samedi matin, en pensant qu’il y aurait un rassemblement. Il y avait très peu de personnes avec des « gilets jaunes » à la sortie du tram et nous n’étions pas en mode « revendication ». Mais comme les policiers étaient très vindicatifs lors du contrôle d’identité, j’ai lancé le direct vidéo car j’avais peur que ça dégénère. »

Si elle a elle-même refusé, comme les autres femmes du groupe, de se faire fouiller « parce qu’il n’y avait que des hommes parmi les policiers », elle souligne que l’homme visible sur la vidéo – « une connaissance du même rond-point » – a dû laisser les forces de l’ordre examiner son sac : « Ils sont allés y chercher le gilet jaune et ils lui ont dit qu’il recevrait une amende de 135 euros avant de lui confisquer. » Comme on peut le voir sur la vidéo (à partir de 15 secondes), l’un des policiers récupère en effet le vêtement litigieux.

Une zone interdite à la manifestation

La préfecture de Nouvelle-Aquitaine avait toutefois décidé, par un arrêté du 6 septembre, d’une « interdiction » de « manifestation publique » dans certaines zones de Bordeaux au vu des « appels à manifestations non déclarées [sur les réseaux sociaux] de personnes se revendiquant du mouvement « gilets jaunes » ». 

« L’arrêt de tram du Palais des Congrès faisait bien partie du périmètre interdit toute la journée de samedi », nous confirme la préfecture de Gironde. Celui-ci faisait en effet partie des « chemins piétonniers sur les rives du lac au nord de l’A630 jusqu’à l’allée du bois » cités dans l’arrêté en question.

Or, depuis mars 2019, « la participation à une manifestation interdite sur la voie publique » est passible d’une amende de 135 euros, comme le souligne le site du service public. En janvier dernier, nombre d’internautes s’étaient déjà indignés de voir des manifestants menacés d’une amende similaire par les forces de l’ordre s’ils refusaient de retirer leur gilet jaune lors d’une visite d’Emmanuel Macron dans l’Eure. 

Une verbalisation confirmée par la police

Si l’homme visible sur la vidéo n’a toujours pas reçu, à ce jour, l’amende en question (délivrée de manière informatisée), comme nous l’indique Véronique, le Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop) confirme cette verbalisation auprès de 20 Minutes.

« Les policiers ont constaté la présence, dans une zone interdite à la manifestation, de cinq personnes, dont deux déjà connues des services pour leur participation (et leur interpellation) à de précédentes manifestations des « gilets jaunes ». De fait, ils ont procédé à un contrôle d’identité et à une fouille de sécurité, qui a donné lieu à la découverte du gilet jaune, montrant l’intention de manifester, et donc à une amende de 135 euros », détaille-t-elle.

Société

«Gilets jaunes»: Le vrai du faux sur les droits des manifestants

Société

«Gilets jaunes»: Un couple normand reçoit une amende de 135 euros pour avoir porté un pull «Oui au RIC»

34 partages