Un club de hand teste ses joueuses pour savoir si elles sont enceintes sans leur consentement

Un club de hand féminin aurait fait analyser le taux d’hormone de grossesse de ses joueuses sans leur consentement. — LOIC VENANCE / AFP

L’affaire devrait avoir un retentissement puissant dans les jours à venir. Jeudi, l’association professionnelle des joueurs de handball (AJPH) a publié un communiqué édifiant dans lequel elle explique qu’un club professionnel féminin de première division, qui n’est pas nommé, aurait eu recours à des analyses sanguines visant à détecter un état de grossesse chez ses joueuses. Celles-ci auraient été effectuées dans le cadre des bilans biologiques de début de saison.

Problème, gros problème, l’analyse du taux de l’hormone Béta HCG prescrit par le médecin du club en question a été réalisée sans le consentement des joueuses. « Il est rappelé que ce type de contrôle est totalement illégal et viole non seulement la vie privée des joueuses mais porte également une grave atteinte à leur intimité », précise l’AJPH.

« L’AJPH se réserve le droit de donner toute suite utile à cette situation, ajoute l’association. Elle attire l’attention de l’ensemble des clubs et des médecins afin que cette situation inacceptable ne se reproduise pas. Pour finir, l’AJPH demande aux joueuses la plus grande vigilance en matière d’examens médicaux et rappelle que la liste des examens médicaux réglementaires (et conformes à la loi) se trouve dans les règlements LFH. »

Interrogée par nos confrères de Ouest-France, une joueuse du championnat explique que « le club n’a pas à savoir » ce genre de choses sans le consentement des joueuses. « Je trouve ça déplacé. Ça rompt le lien de confiance », conclut-elle. La Ligue de handball féminin n’a pas encore réagi.

18 partages