Ultra-trail : « On libère les fauves »… Curmer, Kern et Robin visent le record de la traversée Chamonix-Briançon

Martin Kern, Grégoire Curmer et Baptiste Robin, lors d’un entraînement la semaine passée sur les hauteurs de Talloires (Haute-Savoie). — Simon Pouyet

  • Avec la crise sanitaire du coronavirus, Grégoire Curmer, Martin Kern et Baptiste Robin ont dû mettre entre parenthèses leur passion pour l’ultra-trail depuis le début de la saison.
  • Cette longue période de confinement a poussé les trois athlètes à planifier un défi off, la traversée via le GR5 entre Chamonix et Briançon (202 km et 12.500 m de dénivelé positif).
  • Le trio va se lancer samedi 4 juillet à 4 heures du matin avec en tête le record détenu depuis 2011 par François D’Haene, Michel Lanne et Thomas Véricel en 37 h 51.

Un confinement en mars et ça repart. Les ultra-traileurs Grégoire Curmer, Martin Kern et Baptiste Robin ont profité de la crise sanitaire du coronavirus pour programmer une sacrée aventure ensemble. Le trio s’élancera samedi 4 juillet à 4 heures du matin de Chamonix avec l’ambition de rejoindre en trente-deux heures Briançon (202 km et un dénivelé positif de 12.500 m) via le GR5. Et ce afin de s’adjuger le record de cette emblématique traversée entre les deux capitales de l’alpinisme en France, détenu depuis 2011 par François D’Haene, Michel Lanne et Thomas Véricel en 37 h 51.

« Depuis que j’ai chopé le virus de l’ultra il y a cinq ans, j’ai noté cette traversée dans mes petits papiers, sourit Martin Kern, originaire de Vallouise (Hautes-Alpes). Quand j’ai su que Grégoire et Baptiste comptaient se lancer dessus, je leur ai immédiatement envoyé un message. » Cet ingénieur de 32 ans, qui a bouclé sept courses d’ultra la saison passée, dont la Diagonale des Fous (5e à 1 h 20 du vainqueur… Grégoire Curmer) et l’UTMB (12e), est friand de défis off.

Martin Kern, ici lors d'un entraînement à la montagne en fin d'année 2019. Martin Kern, ici lors d’un entraînement à la montagne en fin d’année 2019. – David Gonthier

Vers « l’esprit de l’alpinisme »

Il est notamment devenu, en mai 2019 aux côtés de son ami ariégeois Nahuel Passerat, le premier Français à boucler les 109 km du  Bob Graham Round, « le berceau mondial de l’alpinisme » (8.500 m de D + et 42 sommets à gravir au nord de l’Angleterre). « La compétition, c’est bien, mais il y a une dimension plus collective à aller chercher dans l’ultra-trail, qui est une vraie famille, avec ce type de traversée se rapprochant de l’esprit de l’alpinisme », explique Martin Kern.

Les trois athlètes ont tout prévu pour dépasser la performance référence du Team Salomon : cinq points de ravitaillement en dur leur permettront de prendre des repas chaud et ils visent « 30 minutes de sieste maximum » sur l’intégralité d’un parcours « enneigé à beaucoup d’endroits ».

« Dès la sortie du confinement, ça a été  »open bar » »

« On va forcément avoir ce chrono de 37 h 51 en tête, reconnaît Martin Kern. Je pense qu’il est largement prenable. Mais quand on sait qu’une quarantaine d’équipes ont échoué depuis neuf ans, il faut tout de même aller le chercher. » Un court-métrage va être réalisé pour immortaliser cette aventure, et il devrait être présenté dans les festivals à la rentrée.

Lorsque le traileur du Team Arc’teryx a idéalement lancé son année en remportant le Xtrail du Ventoux (72 km) en 7 h 27 le 8 mars, il ne s’attendait pas à devoir mettre sa passion entre parenthèses durant deux mois.

C’est sûr que notre préparation est un peu tronquée puisqu’il a surtout fallu se contenter de renforcement musculaire pendant très longtemps. Mais dès la sortie du confinement, ça a été  »open bar », j’ai passé plus de 30 heures par semaine à courir dehors. Si on ne fait pas ce volume de course en amont, le corps va lâcher face à un tel challenge. On arrivera plus frais que sur une saison normale. Là, on libère les fauves. »

Le Team Salomon de D’Haene puis Thévenard vont suivre

Les trois compères ont attendu le premier week-end de déconfinement pour se voir et « crapahuter une quarantaine de kilomètres » sur les hauteurs d’Annecy. Finalement, cette saison retardée, qui a vu Martin Kern renoncer notamment à la Maxi Race d’Annecy (116 km), au Marathon du Mont-Blanc (90 km) et à la PICaPICA (109 km, Ariège), permet à l’ultra-trail de se réinventer.

Dimanche, les regards seront aussi braqués sur la Grande Traversée, avec huit athlètes de la Team Salomon (dont François D’Haene et Thibaut Baronian) se lançant dans une course en relais solidaire de près de 1.000 km et 41.600 m de dénivelé positif, à pied et à vélo, entre l’Alsace et Nice, via les Vosges, le Jura, et les Alpes.

« Ces quêtes de records ajoutent une dimension mystique »

Puis le triple vainqueur de l’UTMB Xavier Thévenard va s’attaquer à partir du 6 juillet au record de François D’Haene sur le mythique GR20 en Corse (31 h 06 pour 80 km et 14.000 m de D +).

« Ça va être une année de boom des défis off, annonce Martin Kern. Plein de projets qu’on n’aurait pas pu envisager en ayant la tête dans le guidon, en raison de toutes nos courses, se sont vite montés. C’est une super opportunité. Toutes ces quêtes de records ajoutent une dimension mystique à nos aventures. Comme quoi, il n’y a pas eu que des mauvaises choses dans ce confinement. »

Lyon

VIDEO. Lyon: Qui est François D’Haene, le nouveau recordman du GR20 en Corse?

Sport

« Personne ne voulait d’une course au rabais »… Pourquoi l’Ultra-Trail du Mont-Blanc est-il finalement annulé ?

29 partages