Twitter va débuter les licenciements de l’ère Elon Musk ce vendredi

Elon Musk n’a pas perdu de temps. « Nous allons lancer le processus difficile de réduction de nos effectifs mondiaux vendredi », a indiqué Twitter à ses employés jeudi dans un e-mail consulté par l’AFP, confirmant les rumeurs qui circulaient depuis que le patron de Tesla a racheté le réseau social il y a une semaine.

Le message indique que tous les salariés recevront des informations d’ici vendredi matin, à l’heure de l’ouverture des bureaux en Californie, mais ne précise pas combien de personnes seront affectées. Selon le Washington Post, le nouveau dirigeant a prévu de remercier environ 50 % des quelque 7.500 employés.

« Nous reconnaissons qu’un certain nombre d’individus qui ont réalisé des contributions notables à Twitter vont être affectés, mais cette action est malheureusement nécessaire pour assurer le succès de l’entreprise à l’avenir », déclare la société aux salariés.

Un milliard de dollars d’intérêts par an à payer sur la dette

Le patron de Tesla et SpaceX a racheté Twitter pour 44 milliards de dollars et en a pris le contrôle jeudi dernier, après six mois d’une acquisition très mouvementée. Il a immédiatement dissous le conseil d’administration, congédié le directeur général et d’autres hauts responsables, et lancé des projets d’envergure avec des objectifs à remplir rapidement. Plusieurs ingénieurs ont rapporté avoir dû dormir sur place certains soirs.

Le rachat a été financé par 13 milliards de dollars de dette. Twitter, qui n’a dégagé des bénéfices qu’à deux reprises, pourrait vite être écrasé par des intérêts d’un milliard de dollars à payer chaque année, surtout en période de crise chez les annonceurs et de marché morose. Elon Musk cherche donc à drastiquement réduire la masse salariale. Et à créer de nouveaux revenus, notamment en faisait payer la vérification des comptes 8 dollars par mois.

Elon Musk, qui s’est d’abord rebaptisé « Chief Twit » ( « twit » voulant dire « crétin » en anglais), puis « standardiste de la hotline de Twitter », a fait venir dès vendredi des développeurs de Tesla pour passer en revue le travail d’employés de Twitter.

De nombreux ingénieurs ont dû imprimer les dernières lignes de code qu’ils avaient produites, selon un employé qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat. Des listes comparant les informaticiens entre eux, essentiellement sur la base du volume de production, ont par ailleurs été établies, selon un autre salarié.

« Une farce et une honte »

« Le processus de licenciement en cours est une farce et une honte. Des sbires de Tesla prennent des décisions sur des gens dont ils ne savent rien à part le nombre de lignes de codes produites. C’est complètement absurde », a tweeté dimanche Taylor Leese, le directeur d’une équipe d’ingénieurs qui a dit avoir été mis à la porte.

Jeudi, de plus en plus d’employés du réseau des gazouillis exprimaient leur désarroi ou faisaient de l’humour. « Les licenciements de masse n’ont pas encore eu lieu et pourtant tout le monde à Twitter a déjà perdu son travail. Le travail qui était décrit dans leur contrat, le travail qu’ils aimaient, le travail avec tous les collègues qu’ils ont appris à connaître et apprécier », déclarait ainsi Eli Schutze, une informaticienne de Twitter basée à Londres, d’après son profil. « C’est le début d’une page blanche quel que soit le côté où vous tombez », a-t-elle ajouté.