Twitter : La fin de la lutte contre la désinformation liée au Covid est « un gros problème » selon Macron

La décision du nouveau propriétaire de Twitter, Elon Musk, de mettre fin à la lutte contre la désinformation liée au Covid est un « gros problème », a estimé ce jeudi Emmanuel Macron, alors que la France est confrontée à une nouvelle vague d’infections.

« Je pense que nous devons prendre le sujet à bras le corps. Je suis en faveur de l’exact opposé, plus de régulation. Nous le faisons (en France, NDLR) et nous le faisons au niveau européen », a répondu le président français, actuellement en visite d’Etat aux Etats-Unis, lors d’une interview accordée à la chaîne ABC. Le chef de l’Etat a insisté sur le fait que la liberté d’expression « implique des responsabilités et des limites. Vous ne pouvez pas sortir et tenir des propos racistes ou antisémites, c’est un point qu’il m’importe de défendre ».

Musk le libertarien

Une conception de la liberté d’expression très éloignée de celle défendue par Elon Musk, qui estime au contraire, dans une conception très libertarienne, que cette dernière ne doit connaître quasiment aucune limite. Plus encore, le milliardaire n’a jamais fait mystère de son opinion au sujet des restrictions sanitaires mises en place pour lutter contre la pandémie, surtout lorsqu’elles ont signifié la fermeture temporaire de son usine Tesla en Californie. « Dire aux gens qu’ils ne peuvent pas quitter leurs maisons et qu’ils seraient arrêtés s’ils le faisaient, c’est fasciste. Ce n’est pas démocratique. Ce n’est pas la liberté. Rendez aux gens leur satanée liberté », s’était-il emporté en avril 2020, lors d’une conférence téléphonique pour les analystes financiers.

La Commission européenne a lancé mercredi un avertissement à Elon Musk. Thierry Breton, a rappelé que l’entreprise devait « significativement augmenter ses efforts » si elle voulait se conformer aux règles européennes.

Depuis le rachat du réseau social, après une première phase durant laquelle Elon Musk a tenté de rassurer les ONG et les annonceurs qui craignaient une flambée des contenus toxiques (discours de haine, désinformation, etc) sur la plateforme, Twitter a réinstallé un certain nombre de comptes suspendus ou bannis, à commencer par celui de l’ancien président Donal Trump, suspendu en janvier 2021 pour appel à la violence, après l’attaque contre le Congrès.