Transports : L’idée d’un train direct Bordeaux-Londres refait surface

L’idée d’une liaison ferroviaire directe entre Bordeaux et Londres refait surface. La patronne de High Speed One (HS1), qui exploite la ligne entre le tunnel sous la Manche et Londres, a relancé le projet au début du mois de janvier, dans les colonnes du Times, rapporte Sud Ouest.

Les services de HS1 ont même confirmé au quotidien régional qu’un « calendrier de livraison en 2026 est serré mais ne serait pas impossible. » Il s’agirait d’une liaison directe qui prendrait environ cinq heures. Si son appellation officielle est « Liaison ferroviaire à grande vitesse du tunnel sous la Manche » son surnom a déjà été trouvé : « Wine Train », ou « le Train du vin ».

Les compagnies aériennes transportent 1,2 million de passagers par an entre Londres et Bordeaux

L’idée ne date toutefois pas d’hier. Elle avait été évoquée la toute première fois par Lisea, l’entreprise concessionnaire de la Ligne à grande vitesse (LGV) Sud-Europe Atlantique, dès 2014. Elle commençait à véritablement prendre forme en 2018, avec un accord entre les différentes parties pour le lancement d’études en gare de Bordeaux-Saint-Jean, en 2019 elle poursuivait gentiment son chemin, avant de finalement totalement tomber dans les oubliettes, emportée par la crise du Covid-19.

Une Ligne à grande vitesse Bordeaux-Londres, entrerait en concurrence avec la liaison aérienne entre les deux cités. Les compagnies aériennes à bas prix transportent actuellement 1,2 million de passagers par an entre Londres et Bordeaux.