Tour de France 2022: « C’est une question de merde », Wout van Aert balaie les suspicions de dopage à la Jumbo-Visma

Alors que la 21e et dernière étape du Tour de France se dispute ce dimanche, le bilan général ne fait plus guère de doute : la Jumbo-Visma a écrasé cette édition 2022. Jonas Vingegaard va, sauf grave incident, remporter son premier Tour et mettre la main sur le maillot à pois. Wout van Aert, lui, n’a pas eu de rival pour le maillot vert. Un bilan auquel il faut ajouter six victoires d’étapes (trois pour van Aert, deux pour Vingegaard, une pour Laporte), en attendant peut-être une sixième de prestige sur les Champs dans l’après-midi avec l’insatiable coureur belge. Tout ça malgré les abandons de Primoz Roglic et Steven Kruijswijk.

L’histoire du cyclisme étant ce qu’elle est, les suiveurs ont demandé aux coureurs de la formation néerlandaise présents en conférence de presse samedi s’ils pouvaient garantir qu’ils ne se dopaient pas. Calmement, Jonas Vingegaard a assuré que lui et ses équipiers de Jumbo étaient « complètement propres ».

« On a travaillé si dur pour ça »

« Je peux le garantir à tous, personne ne prend rien d’illégal, a insisté le Danois. Si on a été si bons, c’est grâce à notre préparation. On fait des stages en altitude comme personne n’en fait. On fait tout ce que l’on peut au niveau du matériel, de l’entraînement, de la nutrition. On est la meilleure équipe pour la préparation et c’est pourquoi vous devez nous faire confiance. »

Wout van Aert, impressionnant vainqueur du contre-la-montre samedi, a quant à lui été plus offensif. « Je n’ai même pas envie de répondre, c’est une question de merde, a-t-il lâché. Elle revient à chaque fois que quelqu’un gagne. Parce qu’on est performants on devrait se défendre ? Je ne le saisis pas. On a travaillé si dur pour ça. Le cyclisme a changé, on passe des contrôles tout le temps, toute l’année, on vient chez nous, à la maison. On ne fait que s’entraîner. Et quand on regarde comment l’équipe a progressé ces dernières années, ce n’est pas comme si on venait de nulle part. »