Toulouse : Un chantier naval de drakkar va s’installer en plein cœur de la ville

En 2024, ils comptent traverser l’Atlantique en drakkar, direction New York. D’ici là, le  collectif toulousain Bátar s’est lancé le défi de construire son navire viking, long de 28 mètres et qui devrait être le plus rapide du monde. Et pour y arriver, ils vont installer un véritable chantier naval en plein cœur de la Ville rose.

Mais pas à n’importe quel endroit. A la cale de radoub, près du  Canal du Midi, construite aux alentours de 1850 pour réparer les péniches et soulager le port de l’Embouchure qui croule sous la demande alors que le commerce de céréales transite par le cours d’eau créé par Pierre-Paul Riquet.

Plus de 200 volontaires

Aujourd’hui propriété de Voies navigables de France, elles servent toujours à réparer les péniches en cale sèche, notamment dans celle couverte et inscrite sur la liste des Monuments historiques. C’est dans cet espace unique que les Bátar vont installer un bâtiment temporaire pour y construire leur futur drakkar baptisé Orkan, en plus de leur studio qui sert de base de vie à tous ces amateurs de voile.

Projet d?atelier de construction du drakker du collectif Batar sur le site des cales de radoub
Projet d?atelier de construction du drakker du collectif Batar sur le site des cales de radoub – Batar

C’est dans ce lieu chargé d’histoire qu’ils vont recevoir la quille et commenceront la construction. Après avoir déjà réalisé deux drakkars plus petits, ils ont fait appel pour ce défi à des volontaires. « Entre 200 et 250 personnes se sont inscrites sur le site, elles vont nous prêter main-forte dès que ce sera possible », explique Alex Arnaud, un des membres du collectif. Au cours des dix-huit mois de construction du navire viking, ils espèrent tous pouvoir faire partager le savoir-faire ancestral qu’ils remettent au goût du jour.