Toulouse : Sept interpellations samedi lors de la manifestation des « gilets jaunes » et des syndicats

Lors de l’acte 53 des «gilets jaunes» à Toulouse, le 16 novembre 2019. Illustration. — FRED SCHEIBER/SIPA

Deux jours après l’énorme mobilisation contre la réforme des retraites (33.000 manifestants selon la police, 100.000 selon les organisateurs), environ 2.000 personnes ont manifesté samedi dans les rues du centre-ville de Toulouse. Deux cortèges se sont retrouvés dans l’après-midi : l’un syndical (CGT, FO, Solidaires), l’autre autour des « gilets jaunes », pour l’acte 56 du mouvement.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, ce qui a provoqué quelques mouvements de panique. Ce dimanche, la préfecture de Haute-Garonne faisait état de sept interpellations pour les motifs suivants : « participation à un attroupement », « outrage ou violence envers personne dépositaire de l’autorité publique », « rébellion » et « dissimulation de visage ». Un policier a été légèrement blessé. Les dégâts ont été mineurs, si l’on excepte quelques poubelles abîmées et des façades ou du mobilier urbain tagués.

Des bouchons autour de la ville

Par ailleurs, des bouchons inhabituels pour un samedi se sont développés aux abords de la ville, à cause de la mobilisation d’une centaine de routiers, venus protester contre l’augmentation de la fiscalité sur le carburant professionnel.

Nantes

Nantes : Le centre-ville se réveille groggy après les violences de samedi

By the Web

Toulouse : Odile Maurin, égérie des « gilets jaunes » en fauteuil, condamnée à deux mois de prison avec sursis

1 partage