Toulouse : Fumier et pneus, des agriculteurs déversent leur colère

Bouchons sur le périphérique, congestion en centre-ville. Ce mardi, des agriculteurs, au volant de leurs tracteurs, ont donné aux Toulousains un avant-goût des perturbations prévisibles de jeudi. Mais cela n’avait rien à voir avec la réforme des retraites. Ces céréaliers de tout le département protestaient contre une nouvelle réglementation européenne, qui ne tient pas compte selon eux de la spécificité du sol argileux de Haute-Garonne.

« La terre se laboure avec du savoir-faire, pas un ordinateur », ou « Qui sème la misère récolte la colère », pouvait-on lire sur des pancartes collées sur les véhicules participant à cette manifestation, à l’appel des Jeunes agriculteurs (JA31). Les céréaliers ont bloqué la circulation puis déversé du fumier et des pneus devant la cité administrative pour réclamer le maintien de leur dérogation à une directive européenne sur les nitrates.

« On vient rajouter de la contrainte »

En vertu de ce texte européen visant à protéger les sols de la pollution aux nitrates, les agriculteurs doivent planter des végétaux entre deux cultures, pour ne pas laisser des terres à nu. Mais jusqu’ici, les céréaliers de Haute-Garonne en étaient exemptés car leurs terres, qui contiennent souvent plus de 25 % d’argile, sont particulièrement difficiles à cultiver en hiver.

« On vient rajouter de la contrainte sur une agriculture qui est déjà bien fragilisée en Haute-Garonne », déplore Thomas Klunker, le cosecrétaire général des JA31.

Après avoir ajouté, à l’aide d’une tractopelle, le drapeau des JA aux drapeaux français et européen qui ondoient sur l’entrée de la cité administrative, les manifestants ont labouré avec un tracteur un bout d’herbe d’une place.