Toulouse : Couches lavables en crèche ou collecte des biodéchets, les idées pour une Ville rose « zéro déchet »

Une poubelle dans un centre-ville (Illustration). — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

  • Les deux tiers des poubelles des Toulousains partent à l’incinération au lieu d’être recyclés et valorisés.
  • Pour réduire les déchets produits, l’association Zéro Waste propose une série de mesures dans un manifeste dévoilé ce mercredi à l’occasion d’une conférence grand public.
  • Ces propositions sont soumises aux candidats aux municipales toulousaines.

A Toulouse, les bonnes idées pour réduire la production de déchets ne manquent pas. Les initiatives individuelles pullulent même, comme celle des Alchimistes Occiterra qui collectent les biodéchets des restaurants, ou aux antipodes, le déploiement depuis l’été dernier du tri sélectif dans les 31 McDonald’s de l’agglomération poussés par la réglementation.

Pourtant, les poubelles des habitants de la Ville rose ont bien du mal à réduire. Comparé à d’autres métropoles, elles débordent même. En 2017, chaque année, un Toulousain a jeté 483 kg et seulement un tiers a été valorisé, les 290 kg restant sont partis à l’incinération, contre 227 kg à Lyon ou 150 à Besançon.

Un chiffre qui n’a pas baissé au cours des dernières années malgré l’arrivée de nouvelles obligations légales. « La loi de transition énergétique de 2015 impose un taux de valorisation de 55 % en 2020, nous ne sommes qu’à 40 %, on est donc loin d’être dans les clous », pose Thomas Guilpain de Zéro Waste Toulouse qui publie ce mercredi un manifeste pour un territoire zéro déchet.

Un livre blanc présenté à l’occasion de la venue de Thibault Turchet, auteur d’un guide pratique pour révolutionner la gestion locale des déchets, et qui dresse un inventaire des idées à appliquer dans la métropole pour y parvenir. A deux mois des municipales, l’association compte ainsi s’immiscer dans le débat pour faire avancer les choses.

Couches lavables

Elle fait ainsi de multiples propositions aux candidats. Cela va de l’adoption des couches lavables dans les crèches de la ville, grâce à des initiatives comme celle des «Tontons laveurs» toulousains qui proposent un service de lavage et location de couches, à la collecte de biodéchets comme celle lancée par la ville italienne de Milan.

« Le compostage individuel ou collectif n’est pas suffisant pour traiter la question des biodéchets, un véritable gisement. On peut imaginer le déploiement de systèmes d’électro-composteurs autour des marchés couverts, dans des souterrains. Il y a aussi des micro-méthaniseurs urbains. La métropole pourrait aussi investir dans des stations de lavage mutualisées qui servirait à des initiatives comme celles de Consign’up ou  En boîte le plat autour du verre », poursuit Thomas Guilpain.

L'association toulousaine Consign'UP lance une expérimentation autour de la consigne des bouteilles en verre. L’association toulousaine Consign’UP lance une expérimentation autour de la consigne des bouteilles en verre. – B. Colin / 20 Minutes

Reste à savoir si les candidats s’empareront de ces propositions pour les mettre à leur programme.

Planète

La fin du plastique à usage unique est-elle envisageable à l’hôpital ?

Société

VIDEO. Loi anti-gaspillage: Les principales mesures du projet de loi adopté par les députés

9 partages