Toulouse : Avec sa nouvelle « attraction » à sensations, la Cité de l’Espace promet la Lune

Faire du tourisme spatial à la façon des milliardaires, mais pour une vingtaine d’euros seulement. C’est promesse de la Cité de l’Espace à Toulouse​ qui vient de dévoiler la nouvelle animation qu’elle mettra en service à l’été 2023 : un simulateur de vol spatial baptisé LuneXplorer et reproduisant les conditions d’un décollage puis d’un voyage vers l’astre de la nuit. « Il proposera une expérience unique, immersive, sensorielle, explique le maire Jean-Luc Moudenc. Les visiteurs éprouveront les sensations que l’on peut éprouver lorsque l’on vit cette aventure. »

Concrètement, la mission des équipages de quatre personnes durera « environ 4 minutes » durant lesquelles « le public subira une accélération de 2 à 2,5 fois son poids » avant de passer à l’indispensable débrief scientifique. Car à la Cité de l’espace, on ne fait pas du manège, le mot « attraction » est banni. Vocation scientifique oblige, même quand on décolle pour la Lune, cela reste une « animation ». « On n’est pas là pour que les gens disent youpi, j’ai pris 2 G dans la figure », résume Jean-Baptiste Desbois, le directeur.

Grosse force d’attraction

LuneXplorer, dont il n’existe pas encore d’images définitives, prendra la place du Terradome, la grosse boule bleue du parc, déjà vidée à cet effet. Sa construction coûtera 11,8 millions d’euros. Le prix du « renouvellement » à un moment où la Lune reste, avant Mars, la destination du prochain vol habité. La Cité de l’Espace attribue à sa future installation une force d’attraction capable d’attirer « 30.000 à 40.000 visiteurs supplémentaires par an ».