Theranos : Quinze ans de prison requis contre la fondatrice

Les procureurs ont requis quinze ans de prison contre Elizabeth Holmes, star déchue de la Silicon Valley, et la défense a plaidé pour une peine maximale d’un an et demi, dans des documents transmis à la justice vendredi soir. Reconnue coupable de fraude en janvier à l’issue d’un procès très suivi, la fondatrice de Theranos, une start-up qui promettait de révolutionner les tests sanguins, sera fixée sur sa peine vendredi prochain dans un tribunal fédéral de Californie.

A l’approche de l’audience, l’accusation a transmis un réquisitoire acéré à la cour pour lui demander de condamner cette femme de 38 ans à quinze ans de prison et à restituer 800 millions de dollars à ses victimes. « Aveuglée par l’ambition », Elizabeth Holmes « a escroqué des centaines de millions de dollars à des dizaines d’investisseurs » et « mis des patients en danger », a justifié la procureure Stephanie Hinds, en reprochant à la patronne déchue de ne pas assumer sa responsabilité.

Holmes ne pose pas de danger, n’a pas bénéficié matériellement de cette affaire, et ne mérite donc pas une peine supérieure à un an et demi de prison pour avoir échoué dans son « projet ambitieux », ont rétorqué ses avocats.

L’histoire était belle

Elizabeth Holmes avait fondé Theranos en 2003, à 19 ans seulement, et promettait des outils de diagnostic plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels. A l’aide d’un récit et d’une apparence très travaillés, elle était parvenue en quelques années à gagner la confiance de sommités et à lever des fonds auprès de prestigieux investisseurs attirés par le profil de cette jeune femme, une rareté dans le monde masculin des ingénieurs californiens.

Au plus fort, l’entreprise était valorisée à près de dix milliards de dollars, et Elizabeth Holmes, actionnaire majoritaire, est la tête d’une fortune de 3,6 milliards, selon le magazine Forbes. L’histoire était belle. Enfant, elle avait horreur des piqûres d’aiguilles lors des prises de sang. Elle inventera donc une machine simple, rapide et efficace qui permettra à tous de mener des centaines de diagnostics sanguins à partir d’une seule goutte de sang prélevée sur le bout du doigt.

Mais en 2015, le Wall Street Journal relève l’immense pot aux roses : la fabuleuse machine promise par Theranos n’a jamais fonctionné.