« The Voice » : Comment vont se passer les battles avec l’équipe de Nolwenn ?

« C’est une nouvelle règle que nous découvrons en direct avec vous. Ça, c’est un bizutage », s’amuse Nikos Aliagas, pendant que le public autour du plateau cherche à comprendre ce qu’il se joue. Ce mercredi de janvier, un moment de flottement et d’incertitude traverse le tournage des battles de la saison 11 de The Voice.

Il s’agit de mettre en boîte les deux battles de l’équipe de Nolwenn Leroy, la coach « secrète » qui a scruté les auditions à l’aveugle pour repêcher quatre candidats sur lesquels Amel Bent, Florent Pagny, Vianney et  Marc Lavoine ne se sont pas retournés. On l’a vu ces dernières semaines, elle a donné une seconde chance à Jean Palau, Loris, Léo et Kilian.

« On t’a menti Nikos, en fait on avait tout compris ! »

« On est d’accord, c’est indépendant des battles ? », interroge Marc Lavoine. Le présentateur appelle le producteur artistique à la rescousse : « Pascal [Guix], prenez la parole ! » Ce dernier explique, avec le plus de pédagogie possible : « Nolwenn a composé deux battles. Le talent qu’elle désigne comme le gagnant de chaque battle rejoint une de vos quatre équipes. Il s’ajoute aux talents que vous avez déjà sélectionnés pour les cross battles et ne prend pas la place d’un talent qui aurait été « volé ». Vous pouvez avoir un talent de l’équipe de Nolwenn qui rejoint votre équipe pour les cross battles, mais pas les deux. »

« On t’a menti Nikos, en fait on avait tout compris ! », plaisante Amel Bent peu après cet énoncé. La mécanique vous semble peut-être un peu confuse expliquée ainsi, mais elle sera très claire dans l’épisode qui sera diffusé ce samedi soir sur TF1. Les fidèles du télécrochet découvriront la première des deux battles échafaudées par Nolwenn.

Les quatre coachs habituels ont appris le rôle de cette dernière une fois les auditions à l’aveugle terminées, fin décembre. Et ils n’ont découvert les candidats repêchés qu’en les voyant arriver sur le plateau, au dernier moment. Assis au milieu du public, on observe les réactions… En apercevant l’un des repêchés, Marc Lavoine lève un poing de contentement. « Vous étiez nos probabilités, on avait pensé à vous », affirme Vianney. Et Amel d’embrayer : « Vous étiez espérés. »

« Vraiment, on avait raté ces rendez-vous-là »

Nous nous garderons bien de révéler la configuration des deux battles, mais ce que l’on peut dire, c’est que Jean Palau, Loris, Léo et Kilian ont des arguments à défendre. « On a vécu un bon moment, harmonieux. Ils nous ont bien fait comprendre qu’on était passés à côté d’eux », reconnaît Florent Pagny après l’un des duels.  « Vraiment, on avait raté ces rendez-vous-là », concède Marc Lavoine. « Si on revivait les auditions à l’aveugle, sur cette performance, je me serai retournée », assure Amel Bent.

Nolwenn relève sa mission avec brio. Durant chaque battle, elle est parfaitement attentive. Distinguer un vainqueur est pour elle est un crève-cœur – l’imagine-t-on dire le contraire ? – et lorsqu’elle a fait son choix, elle va parler longuement avec le talent éconduit. La coach secrète est une coach comme les autres…