TFC : Très remonté contre les critiques, Antoine Kombouaré appelle à « l’union sacrée »

Alain Kombouaré lors de sa première conférence de presse comme entraîneur du TFC, le 15 octobre 2019. — Nicolas Stival / 20 Minutes

Oui, le TFC joue mieux depuis l’arrivée sur le banc d’Antoine Kombouaré, le 14 octobre. Mais, pas aidée par une défense en papier mâché (22 buts encaissés, la pire de Ligue 1 avec celle de Monaco), l’équipe a perdu ses deux derniers matchs sur le fil, à Rennes (3-2) et contre Lyon (2-3). Et elle se traîne à une piètre place de barragiste, avant de se rendre dimanche à Montpellier.

Le malaise date de bien avant l’arrivée du remplaçant d’Alain Casanova, autour d’un club qui flirte avec le précipice chaque saison, ou presque. Depuis des mois, la colère gronde dans le virage Brice-Taton du Stadium, d’où les ultras des Indians Tolosa chantent leur désamour pour Jean-François Soucasse, le président délégué.

« Depuis que je suis arrivé, il y a une défiance entre les supporters et le club, entre les supporters et notre groupe, a pesté Kombouaré vendredi devant la presse. Je n’aime pas. »

Les anciens Violets dans le collimateur

Ce qui irrite le plus le technicien, qui fêtera ses 56 ans vendredi prochain ? Les paroles des ex. « J’ai horreur d’entendre les critiques, encore plus venant des anciens », remarque-t-il, en les invitant à venir discuter avec lui. « Ils oublient que quand ils ont été joueurs, ils ont aussi été mauvais ou en difficulté. »

Fin octobre, Elie Baup, Beto Marcico et Cédric Fauré, trois anciens de la maison violette, étaient intervenus dans un article de France Football, intitulé « Toulouse, une famille déchirée ». Visiblement, Kombouaré a lu le papier.

Sport

TFC-OL: Avec la plus mauvaise défense de L1, Toulouse ne pourra pas s’en sortir

Sport

TFC : Défense en souffrance, cas Sangaré, jeunes… Les grands chantiers d’Antoine Kombouaré

3 partages