TFC : Défense en souffrance, cas Sangaré, jeunes… Les grands chantiers d’Antoine Kombouaré

Antoine Kombouaré, l’entraîneur du TFC, le 27 octobre 2019 lors du match de Ligue 1 à Rennes. — Jean-François Monier / AFP

  • Toulouse se rend ce mercredi à Niort (Ligue 2) en 16es de finale de Coupe de la Ligue, avec une équipe privée d’une douzaine de blessés.
  • Le principal rendez-vous de la semaine pour l’actuel 17e de Ligue 1 et son tout récent entraîneur Antoine Kombouaré reste la venue de l’Olympique lyonnais, samedi en championnat.
  • L’avant-dernière défense de Ligue 1 a de nombreux soucis à résoudre pour espérer s’extraire des bas-fonds du classement.

Promis, le TFC va « tout mettre en œuvre pour [se] qualifier » ce mercredi soir à Niort, assure sans surprise Antoine Kombouaré. Même si l’entraîneur du 17e de Ligue 1 devra composer sans une douzaine de blessés chez le 14e de Ligue 2. Mais au-delà de ce 16e de finale de Coupe de la Ligue qui permettra au gardien remplaçant Goicoechea de se dégourdir les gants, le véritable objectif de la semaine reste la réception de Lyon, samedi en championnat. D’ici là, le nouveau technicien toulousain, dont l’équipe a rechuté à Rennes (3-2) après une première encourageante contre Lille (2-1), a du pain sur la planche.

Une défense en papier crépon

19 buts encaissés en douze journées. Seul Monaco (21) fait pire en L1. Certes, il s’agit du secteur le plus touché par les blessures : Rogel, Shoji, Diakité et le néopro Rouault (18 ans) squattent l’infirmerie, rejoints par Amian (ischio-jambiers), forfait pour Niort. Mais Kombouaré élargit le débat à toute l’équipe.

« On parle de la défense, des buts qu’on encaisse. Mais le premier rideau défensif, ce sont les attaquants, qui protègent nos milieux, lesquels protègent eux-mêmes nos défenseurs. Contre Lille, le gardien [Baptiste Reynet] avait passé une soirée assez tranquille… » A Rennes, où la paire d’attaquants Sanogo-Koulouris avait été transparente, l’après-midi a été plus agitée.

En Bretagne, le TFC a confirmé sa spécialité : prendre des buts très tôt (il y avait 2-0 à la 6e minute) et très tard (le jeune Gboho a donné la victoire aux Bretons dans le temps additionnel). « On a encaissé quatre buts dans le premier quart d’heure, quatre entre la 45e et la 60e et quatre dans les arrêts de jeu », calcule l’entraîneur toulousain. Equilibré, mais rédhibitoire.

Le cas Sangaré

Ce dimanche a été également compliquée pour Ibrahim Sangaré, sorti dès la 27e minute au profit de Quentin Boisgard. « J’aurais pu remplacer d’autres joueurs mais c’est tombé sur lui, avait expliqué Kombouaré après le match. Je n’étais pas content, on ne défendait pas. Il faut qu’il retienne la leçon mais les autres aussi. »

Intrinsèquement, le jeune milieu box-to-box de 21 ans est certainement le meilleur Toulousain. Interrogé lundi dans l’émission Le Vestiaire sur RMC Sport, l’ex-entraîneur du TFC Alain Casanova lui voit un « potentiel pour aller dans les plus grands clubs ». Mais l’international ivoirien n’a toujours pas retrouvé son excellent niveau d’avant sa blessure à un orteil, voici un an.

Pour savoir si Kombouaré a piqué l’orgueil de son joueur, il faudra encore attendre : touché à un genou, Sangaré sera absent à Niort, comme son partenaire de l’entrejeu Vainqueur et l’attaquant Koulouris (touchés aux adducteurs).

Place aux jeunes ?

Depuis le début de saison, parmi le groupe Elite constitué cet été avec une dizaine de néoprofessionnels, seul Mathieu Goncalves a fait ses premiers pas en L1 avec le TFC. Forfait à Rennes, le jeune défenseur de 18 ans est rétabli et devrait débuter à Niort, tout comme le néophyte Moussa Diarra (18 ans également), capitaine des finalistes de la Coupe Gambardella au printemps. Tous deux peuvent évoluer dans l’axe comme côté gauche.

Y aura-t-il beaucoup d’autres jeunes alignés mercredi soir ? « Il n’y a pas le choix, ça a le mérite d’être clair », réplique Kombouaré, à la tête d’un effectif décimé. Même si, pour le technicien, « beaucoup ne sont pas prêts », ceux qui joueront « vont apporter leur insouciance, leur générosité et la confiance que n’ont pas certains [autres joueurs] ». On peut penser que le prometteur milieu Manu Kouadio Koné (18 ans) grappillera aussi du temps de jeu dans les Deux-Sèvres.

« Il faut qu’ils soient bien encadrés, mais c’est une belle occasion pour eux de montrer que le TFC a un bon centre de formation », reprend le Néo-Calédonien. Et que ce dernier peut piocher dedans pour essayer de remonter la pente.

Sport

Stade Rennais-Toulouse : « Je ne veux pas blâmer mes joueurs »… Absent puis séduisant, le Téfécé de Kombouaré rechute

Sport

TFC : Le salut des Toulousains peut-il passer par sa jeunesse ? C’est même pas sûr

1 partage