Terrorisme : 60 % des « vétérans » français du djihad ont récidivé à leur retour, selon une étude

Illustration: Le drapeau de Daesh. — AP/SIPA

C’est un chiffre particulièrement scruté par les députés de la majorité. Alors qu’une proposition de loi entend renforcer le suivi judiciaire des condamnés pour terrorisme après leur sortie de prison, une étude publiée ce mardi pourrait renforcer l’argumentaire des élus de La République en marche (LREM). Selon une enquête du Centre d’analyse du terrorisme (CAT) sur la base de statistiques judiciaires, quelque 60 % des Français partis faire le djihad entre 1986 et 2011 en Afghanistan, Bosnie ou Irak, ont récidivé à leur retour.

Publiée par le journal Le Figaro et dont l’AFP a obtenu une copie, cette étude démontre que six « revenants » sur dix « ont été condamnés en France ou à l’étranger postérieurement à leur retour pour des infractions terroristes distinctes de leur seul séjour sur zone ». Ces infractions vont de l’attentat au projet d’attentat, en passant par le soutien logistique ou financier à un réseau terroriste et le séjour sur un autre théâtre d’opérations.

Une étude fournie au Sénat

La contribution du CAT a été fournie au Sénat dans le cadre de l’examen de la proposition de loi instaurant des mesures de sûreté à l’encontre des auteurs d’infractions terroristes. Elle documente un total de 166 djihadistes partis en Afghanistan (90 entre 1986 et 2011), en Bosnie (60 entre 1992 et 1995) et 16 en Irak (entre 2003 et 2006), dont 150 ont survécu. Les pourcentages de ce que le CAT appelle non pas la récidive mais le « réengagement » atteignent des sommets : 100 % pour les « Irakiens », 72 % pour les « Afghans » et 39 % pour les « Bosniaques ».

Les Français partis rejoindre le groupe État islamique en Irak et en Syrie, nombreux dans la période du califat (2014-2019), et qui dominent les débats publics aujourd’hui ne sont pas pris en compte. Aucune étude globale n’existe à ce jour sur leur cas, fait ainsi valoir le CAT, qui souligne l’absence de recul historique.

La prison, un défi majeur

« Le caractère récent des filières djihadistes syro-irakiennes et de leur traitement judiciaire (près de 600 personnes jugées depuis 2014, dont la majorité est encore en détention) ne permet pas de porter une appréciation pertinente sur le risque de récidive de la part de ces personnes », selon le document.

Le CAT réaffirme par ailleurs combien le milieu carcéral reste «l’un des défis majeurs​ auxquels la France doit faire face pour enrayer la contagion radicale », soulignant au surplus que 120 détenus radicalisés devront être suivis à leur sortie de prison d’ici à 2022. Il estime indispensable le renforcement des mesures prévues dans la proposition de loi pour la surveillance, avant leur libération, des détenus condamnés pour terrorisme.

Il préconise aussi que la mesure de sûreté proposée à l’issue de la peine (cinq ans en matière correctionnelle et 10 ans en matière criminelle) soit remplacée par une reconduction annuelle sans durée maximale. Et qu’elle soit étendue aux auteurs d’apologie et de provocation à des actes de terrorisme.

Justice

Terrorisme : La loi sur la prolongation de mesures antiterroristes controversées arrive à l’Assemblée

Justice

Terrorisme : Un suivi judiciaire pour les condamnés pour terrorisme même après leur peine ? Une proposition de loi inquiète

5 partages