Tensions Algérie-France : Emmanuel Macron joue l’apaisement

Alors que la France va accueillir vendredi un sommet Afrique-France au format inédit, c’est-à-dire sans chefs d’Etat mais avec de jeunes entrepreneurs, des artistes et des sportifs, Emmanuel Macron tente au préalable de déminer les relations avec un pays important pour sa diplomatie sur le continent : l’
Algérie. Le président français a ainsi déclaré ce mardi avoir « confiance » et entretenir des relations « vraiment cordiales » avec son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune.

Il faut dire que les relations entre Paris et Alger sont actuellement particulièrement tendues. L’Algérie a en effet rappelé samedi son ambassadeur dans la capitale française.

Des propos polémiques

La colère d’Alger a été déclenchée après des propos rapportés d’Emmanuel Macron accusant le système « politico-militaire » algérien d’entretenir une « rente mémorielle » sur la guerre d’Algérie. Selon le journal Le Monde, le président français a également questionné l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française.

Ce mardi donc, les propos du locataire de l’Elysée se veulent plus mesurer. « J’ai le plus grand respect pour le peuple algérien », a-t-il déclaré sur France Inter, liant les tensions actuelles au travail de mémoire fait en France sur la Guerre d’Algérie. Reste à savoir si l’Algérie jouera, elle aussi, la carte de l’apaisement. Lundi, la puissante Organisation des moudjahidines (ONM), les anciens combattants de la guerre d’indépendance, a appelé à « revoir » les relations avec la France.