Tennis : Battu à Miami, Daniil Medvdevev condamné à rester le dauphin de Novak Djokovic

Caramba, encore raté. Daniil Medvedev attendra pour remporter un premier titre cette saison et patientera avant de redevenir numéro 1 mondial : affaibli physiquement, il n’a pu éviter jeudi la défaite en quart de finale à Miami, face  à Hubert Hurkacz, le lauréat de l’an passé. Le 2e mondial,  finaliste du dernier Open d’Australie, s’est incliné 7-6 (9/7), 6-3 face au Polonais (10e mondial), qui affrontera vendredi le phénomène espagnol Carlos Alcaraz (16e), tombeur du Serbe Miomir Kecmanovic (48e).

Seule une accession dans le dernier carré de ce Masters 1000 aurait permis à Medvedev de déloger à nouveau Novak Djokovic. Après une demi-finale perdue à Acapulco, contre Rafael Nadal, déjà son bourreau à Melbourne, et une élimination surprise au 3e tour d’Indian Wells face à Gaël Monfils, ce revers sonne la fin d’un premier trimestre décevant pour Medvedev, pourtant jamais aussi à l’aise que sur surface dure.

Il n’a pas retrouvé son niveau stratosphérique de l’US Open, il y a six mois, quand, implacable en finale, il avait brisé le rêve de Grand Chelem sur une saison de Djokovic, l’empêchant de surcroît de battre le record du nombre de Majeurs remportés.

Vertiges, recours au kiné…

Et il est tombé sur le maître des lieux, bien décidé à conserver son titre remporté l’an passé face à l’Italien Jannik Sinner. Dans le dur physiquement, Medvedev est resté huit minutes au vestiaire après la perte du premier set. Et ça ne s’est pas arrangé par la suite.

« Tout au long du match, je n’étais pas au mieux », a confirmé le Russe en conférence de presse. « Après les points difficiles, j’avais du mal à reprendre mon souffle. Je ne récupérais pas assez vite. C’était peut-être la chaleur, mais j’avais des vertiges et il y a eu un jeu où je ne pouvais plus servir. » Plusieurs fois obligé de s’appuyer, dos baissé, sur sa raquette, pour récupérer après les échanges, Medvedev a fait appel au kiné, se plaignant d’étourdissements. Finalement, Hurkacz s’est imposé après une partie de 2h03.