Tempête Alex : Macron rallonge les aides pour les vallées des Alpes-Maritimes et ordonne à l’administration d’accélérer

Le président Emmanuel Macron à Breil-sur-Roya, le mercredi 7 octobre 2020 — Daniel Cole/AP/SIPA

Une rallonge mais pour des élus, le compte n’y est toujours pas. Huit mois après la tempête Alex, Emmanuel Macron a promis ce jeudi, lors d’une réunion avec les élus des Alpes-Maritimes, d’accorder des aides accrues pour reconstruire les vallées sinistrées et ordonné à ses ministres de lever les blocages administratifs qui retardent les travaux.

Début avril, le président du département Charles-Ange Ginesy et son vice-président, le député LR Eric Ciotti, avaient réclamé le déblocage des « centaines de millions » promis par le chef de l’Etat lorsqu’il avait rendu visite aux sinistrés en octobre. Ils avaient également dénoncé la « bureaucratie paralysante » et s’étaient plaints que « 26 millions d’euros seulement » aient été attribués.

« A ce jour aucun chantier n’a démarré » sauf une exception

Afin de faire le point, le chef de l’Etat a participé ce jeudi à une visioconférence à laquelle ont également participé le président de la métropole Nice Côte Christian Estrosi et des maires de communes sinistrées, dont ceux de Tende et Sant-Martin-Vésubie, Jean-Pierre Vassalo et Ivan Mottet.

« A ce jour aucun chantier n’a démarré », sauf une exception, pour protéger le cœur des villages, faute des autorisations administratives nécessaires, et les propriétaires ne savent pas tous s’ils doivent déménager ou s’ils peuvent réparer, lui a dit Charles-Ange Ginesy. « Nous demandons votre appui » pour débloquer la situation, a-t-il ajouté.

Philippe Guillard, chargé par l’Etat d’évaluer les travaux, a annoncé que sur le 1,09 milliard d’euros demandés par les collectivités locales pour réparer, l’Etat apporterait, au titre du fonds de solidarité, seulement 130 millions d’euros sur 295 millions retenus. Une annonce qui a déçu les élus.

« Je demande aux préfets de donner un coup d’accélérateur »

Intervenant en conclusion, le président de la République a annoncé une rallonge de cette enveloppe. Il a ainsi annoncé que l’Etat apporterait 143 millions via le fonds de solidarité. S’y ajouteront 59 millions de l’UE, 150 millions de contrats Etat-collectivités, 100 millions du fonds de compensation de la TVA et 120 millions du fonds Barnier (risques naturels), soit jusqu’à 572 millions au total.

Le chef de l’Etat a surtout enjoint de lever les obstacles administratifs. « Je demande aux préfets de donner un coup d’accélérateur ». « Il faut entrer dans des procédures d’exception. Faites des listes précises, remontez-les aux ministères qui bloquent et qu’on puisse donner des coups de pioche. Cela participe du retour de la confiance qui est très attendu », a-t-il insisté. Le chef l’Etat a aussi ordonné un « comité de suivi dans un mois ».

Eric Ciotti a exprimé, selon un communiqué, sa « déception » face à la « faiblesse » de l’aide et « fait part à Emmanuel Macron de sa vigilance de chaque instant sur la concrétisation des engagements présidentiels, y compris ceux tenus et réitérés aujourd’hui ».

0 partage