Téléthon : Malvoyant, David Labarre a escaladé l’Albaron et ses 3.637 mètres

David Labarre lors de l’ascension du mont Albaron pour le Téléthon. — Manon Caveribere

  • Le Haut-Garonnais David Labarre a escaladé l’Albaron, qui culmine à 3.637 mètres, dans le cadre du Téléthon.
  • Ce sportif malvoyant de 31 ans est devenu un habitué des ascensions.

Forcément, c’est l’altitude de l’Albaron qui a attiré les organisateurs du Téléthon, dont l’édition 2019 a lieu vendredi et samedi. Ce sommet de Haute-Maurienne, à la frontière franco-italienne, culmine à 3.637 mètres. 36 37… comme le numéro fétiche de l’événement annuel, inscrit sur un drapeau que David Labarre a été chargé de planter sur ce sommet alpin, début septembre.

Le Haut-Garonnais, médaillé d’argent de Cécifoot aux Jeux paralympiques 2012, à Londres, est devenu un alpiniste chevronné. « Trois jours après avoir escaladé le Mont-Blanc, j’ai enchaîné par l’ascension de l’Albaron, explique le Commingeois, malvoyant de naissance. J’ai accepté car c’était un nouveau truc en montagne. France Télévisions avait tout calé. Au total, on devait être une trentaine. Dans ma cordée, j’étais accompagné par un colonel de pompiers. »

Au-delà de l’aspect sportif, David Labarre retient surtout « l’aventure humaine, une chouette expérience ». Pour l’aspect sportif, celui qui avait gravi l’Aneto, point culminant des Pyrénées (3.404 mètres), confie : « Je peux partir avec n’importe qui, personne ne place mon piolet, personne ne met mon pied devant l’autre. Je me débrouille tout seul. Parfois, j’ai juste besoin de quelqu’un pour qu’on me dise « passe par là, c’est mieux ». »

Deux nouvelles expéditions et un livre au programme

« Monté » à Paris pour le Téléthon, l’ancien capitaine de l’équipe de France de cécifoot prépare déjà la suite : sa « biographie romancée écrite avec le journaliste et écrivain Jean-Pierre Alaux », qui doit sortir au printemps, après une expédition prévue en mars au djebel Toubkal, sommet du Maroc et de l’Afrique du Nord (4.167 m). Avant, au début de l’été, la traversée du massif par la Haute route pyrénéenne (HRP), pendant une quarantaine de jours.

Société

Toulouse : Malvoyant, David Labarre s’attaque à l’ascension du Mont-Blanc

Société

VIDEO. Malvoyant, il part randonner, seul et sans GPS, sur un chemin de 200 km semé d’embûches

201 partages