« Tales of the Walking Dead » : Les morts-vivants se racontent des histoires pour ne pas s’endormir

Les morts-vivants, c’est comme les acteurs de série, ils reviennent toujours à un moment ou à un autre. La nouvelle déclinaison de l’univers The Walking Dead, intitulé Tales of the Walking Dead (disponible en France sur OCS), est l’occasion de retrouver des visages connus des amateurs de séries, au premier rang desquels Terry Crews, génial lieutenant et papa body-buildé dans Brooklyn 99. On croise aussi Anthony Edwards de Urgences, Olivia Munn de The Newsroom, Parker Posey de Lost in Space

Ceci mis à part, Tales of the Walking Dead ne ressemble à aucune autre série, et certainement pas à The Walking Dead, série-mère. Alors que leur fleuron perdait de la vitesse depuis des années, AMC a donné le coup de grâce avec une ultime saison. Parallèlement, les spin-off de la série ont plutôt déçu. Cette nouvelle déclinaison ressemble donc à un chant du cygne pour la franchise.

A moins que…

Une nouvelle mort est possible

A moins que le public ne se laisse charmer – et il y a de quoi – par ce nouveau format, conçu comme l’antithèse de The Walking Dead. Finies les saisons à rallonge. Tales… est une anthologie de six épisodes. Finies les longues intrigues interminables aux rebondissements sans fin. Tales… est formé de six histoires indépendantes et qui s’achèvent en un peu plus d’une heure. Et surtout, fini les zombies. Bien sûr, les monstres sont toujours là mais dans Tales…, ils font partie du décor. Les vrais héros, ce sont les personnages et surtout les scénarios.

En explorant d’autres lieux (au revoir Atlanta…) et d’autres temporalités (on découvre par exemple une autre version de premiers jours de l’épidémie zombie), Tales of the Walking Dead s’autorise à raconter d’autres histoires. Moins horrifiques, plus mélancoliques. Et d’autres rythmes. Soit beaucoup plus haletant avec une intrigue resserrée, soit plus poétique, soit carrément comique. Outrage ?

Elargir l’horizon

Bien sûr, on retrouve (outre les faces décomposées des zombies), quelques visages connus, comme Alpha (Samantha Morton), avant qu’elle ne devienne la redoutable cheffe des Chuchoteurs dans The Walking Dead. Mais à part elle, la partition jouée est assez nouvelle.

« Nous voulions élargir l’horizon de l’univers, explique Channing Powell pour justifier que si peu de personnages et décors de la série originelle soient montrés dans Tales of the Walking Dead. Il y a une mythologie et des règles à respecter : le fonctionnement des marcheurs, la genèse de l’apocalypse… Mais avec ça, nous voulions nous amuser, emmener l’histoire ailleurs. »

Et je remets le son

Le showrunner ne se cache pas d’avoir eu dix fois plus d’idées d’épisodes que d’histoires réellement tournées. Une manière pour lui, et pour les producteurs de la saga, de laisser entendre que The Walking Dead n’est pas morte, même si la série principale est achevée.

Ainsi, trois spin-off aux formats encore inconnus sont en préparation. Un sur le personnage de Daryl Dixon qui traverse l’Atlantique, un autre sur Dead City, et un dernier sur le « power couple » Rick et Michonne.

Mais si Tales… a du succès, rien n’empêchera AMC d’aller plus loin. Pour raconter de nouvelles histoires.