Supercoupe d’Europe : Grâce à un Benzema comme toujours déterminant, le Real une nouvelle fois sacré

Le Real Madrid commence parfaitement sa saison. Le club, vainqueur de la Ligue des champions en mai, a battu l’Eintracht Francfort, vainqueur de la Ligue Europa en mai, 2-0 mercredi à Helsinki pour soulever la 5e Supercoupe de l’UEFA de son histoire. Un trophée qui vient s’ajouter aux 97 déjà présents dans la grande armoire du Real, le club le plus titré au monde, devant les 96 du Barça.

Et comme durant toute la dernière campagne de C1, c’est l’inévitable Karim Benzema qui a délivré les Madrilènes à la 65e minute avec un but à la conclusion d’un audacieux centre de Vinicius dans la surface, après un premier but de David Alaba de la tête, suite à une remise de Casemiro sur corner (38e). Avec le même onze que celui aligné au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions remportée contre Liverpool le 28 mai, Carlo Ancelotti a réussi son pari et est devenu le premier entraîneur de l’histoire à cumuler quatre Supercoupes d’Europe.

Benzema, 2e meilleur buteur de l’histoire du Real

Karim Benzema a donc repris sur le même rythme que la saison précédente. L’avant-centre français, immense favori pour le Ballon d’Or le 17 octobre, est devenu grâce à son but au stade olympique d’Helsinki le 2e meilleur buteur de l’histoire du Real, devant les 323 buts de la légende Raul.

Cette Supercoupe lui a aussi permis d’égaler les 23 titres glanés par la légende Paco Gento sous le maillot merengue, et de soulever son premier trophée en tant que capitaine officiel de la « Maison blanche ». « Maintenant, il file tout droit vers le Ballon d’Or. Est-ce qu’il subsiste encore un doute (sur le fait que c’est lui qui va l’emporter) ? Pour moi, plus aucun », a balayé Carlo Ancelotti après le match.

Son association avec Vinicius, très actif sur le côté gauche, a encore une fois fait des étincelles mercredi soir. A la 17e, « KB9 » a laissé filer un ballon transmis par Valverde en direction du Brésilien, dont la reprise a été contrée par le retour fulgurant de Tuta. Et à la 37e, la frappe de « Vini » a frôlé le montant droit de Kevin Trapp. L’autre grosse satisfaction côté madrilène est précisément Federico Valverde : l’Uruguayen, aligné sur l’aile droite comme lors de la finale de C1, a évolué à un niveau très élevé, multipliant les appels et les débordements.

Premières minutes pour Aurélien Tchouaméni

Carlo Ancelotti a même pu offrir leurs premières minutes officielles à Aurélien Tchouaméni et Antonio Rüdiger, les deux recrues de l’intersaison madrilène. Le Français est entré à la 85e à la place de la légende Toni Kroos, et l’Allemand en même temps à la place de Dani Carvajal.

Mais les Madrilènes, malgré leur maîtrise apparente, se sont toutefois fait peur à l’entame : au quart d’heure de jeu, Daichi Kamada, préféré à la recrue Mario Götze en attaque, a été servi en profondeur, mais a buté face à Thibaut Courtois, lui aussi très concentré dès les premières minutes de la saison. Résultat : une copie propre pour le champion d’Espagne et d’Europe en titre, qui reprend sa saison comme il l’avait terminée, en gagnant.