Strasbourg : Tout sur le dispositif de sécurité au marché de Noël et ses mille personnes mobilisées

Pourquoi changer une équipe qui gagne ? C’est en filigrane ce qu’ont expliqué la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier, la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian et les représentants des forces de l’ordre et de la Sécurité civile. Ce mercredi, lors d’une conférence de presse, le dispositif de sécurité qui sera déployé pour la 432e édition du marché de Noël dans la capitale Alsacienne a été détaillé.

Et c’est presque un copier-coller de l’édition 2021, mis à part quelques variantes dues à la disparition des contraintes sanitaires. Ces contraintes disparues épargnent, au passage, les frais de contrôles et de gardiennage supplémentaires qui avaient fait « exploser le budget », selon Jeanne Barseghian. La « normalité » de cette année lui permettra, pour cette seule ligne budgétaire de la ville, de faire une économie de près de 600.000 euros.

C’est donc sur un air de musique déjà connu que va s’articuler cette année la partition du dispositif de sécurité. Le constat est que la disposition très aérée des chalets, lancée en 2021, a largement été plébiscitée, à la fois par les habitants, les visiteurs, mais aussi par les pompiers, les services de secours et les forces de l’ordre. Il est donc reconduit. Petite variante cependant, les arrêts du tram Alt Winmark et Langstross-Grand Rue seront cette année fermées pendant les horaires d’ouverture de 11 heures à 20 heures. La station Homme de fer, principale porte d’entrée de la Grande-Ile, reste, en revanche, ouverte, comme en 2021, mais des contrôles aléatoires y seront mis en place.

« Un continuum de sécurité »

Le maître mot de cette nouvelle édition est de favoriser « un continuum de sécurité » comme l’ont martelé les intervenants, entre police municipale et nationale, secouristes et services de l’Etat, donc de la préfecture, tout en faisant attention à gêner le moins possible les résidents et à satisfaire les visiteurs. Aussi, il n’y aura pas de check-point filtrant pour pénétrer dans la Grande-Ile, mais des contrôles aléatoires des personnes et des sacs au point d’entrée, tout comme dans l’ellipse insulaire. Ils seront toutefois automatiques pour les gros bagages et les vélos-cargos.

Les voitures, en revanche, seront toujours contrôlées aux horaires d’ouverture du marché et un accès sera possible pour les habitants ayant un garage privé ou un parking réservé pendant le marché, sur présentation d’un macaron, comme les années précédentes. Pour ces automobilistes, quatre points d’entrée : les ponts du Corbeau, de l’Abattoir, de Paris et de la Fonderie. Ce quadrillage de la ville avait permis, l’an passé, de contrôler plus de 13.000 personnes et 800 véhicules.

Une unité d’intervention rapide de la police, positionnée sur place en cas d’urgence grave, une unité de démineurs, un dispositif spécifique de lutte contre les vols à la tire, un appui des équipes de vidéosurveillance : au total, 1.000 personnes, tous services confondus, seront mobilisées, tous les jours, selon la préfète. Six unités de gardes mobiles (environ 350 hommes) viendront en renfort des militaires de la force Sentinelle, des maîtres-chiens, des soixante agents de la police municipale, de la police nationale et des agents de sécurité privée. Tout semble donc prêt pour accueillir les deux millions de visiteurs attendus, dès le 25 novembre à 14 heures.