Strasbourg: Tommy le robot, un nouveau modèle de démocratie locale 2.0?

Dix robots Tommy ont été installés à Strasbourg. L’association Vision Strasbourg voudrait en placer cent de plus dans la ville d’ici la rentrée 2019. — G.Varela/20 Minutes

  • Vision Strasbourg, une association citoyenne, veut développer la démocratie participative dans la ville avec son robot, Tommy.
  • Ce robot permet aux habitants d’enregistrer vocalement leurs idées sur le quotidien de Strasbourg. La plateforme est aussi accessible sur Internet et via une appli.
  • Le compteur de l’association affiche 93.000 contributions et interactions en un an d’existence.

Strasbourg va-t-elle devenir un modèle de démocratie locale 2.0 ? Institutions européennes, organisation du marché de Noël, circulation des trams… Vous voudriez donner votre avis sur plein de sujets mais vous ne vous sentez pas écouté ? Cela va peut-être changer grâce à Tommy.

Derrière ce prénom tout mignon se cache un robot en 3D, réalisé par le plasticien strasbourgeois Thierry Raynaud et lancé en 2017 par l’association Vision Strasbourg. Pour enregistrer votre idée, il suffit de pousser le bouton et de parler. Ce robot est aussi l’incarnation d’une plateforme numérique qui recueille les avis et idées des habitants de l’Eurométropole depuis janvier 2018 via un site internet et une appli. Un rapide coup d’œil permet de se faire une idée des contributions : davantage de frigos solidaires, des transports en commun la nuit, plus de pistes cyclables…

93.000 contributions et interactions en un an

« Quand on se balade dans la ville, on entend un certain nombre de propositions des citoyens, c’est dommage de ne pas s’en servir », explique Pierre Loeb, son président. Après un an de tests, l’association annonce 93.000 contributions et interactions et plus de 2.000 téléchargements de l’application. Des chiffres impressionnants qui incitent les cadres de Vision Strasbourg, tous bénévoles à ce jour, à réfléchir aux possibilités de professionnaliser leur structure.

Pour le moment, dix robots sont placés en plusieurs endroits de la ville (média, grands magasins, restaurants…) : dernier emplacement en date, l’hôtel Boma, rue du Vingt-Deux Novembre, dans l’hyper-centre. Mais l’association voudrait s’adresser aussi aux collégiens, aux lycéens, aux personnes âgées et aux SDF… Des publics plus difficiles à atteindre. « Les lieux que nous avons choisis pour le moment sont des vitrines mais nous sommes conscients que nous devons nous étendre », reconnaît le président de Vision Strasbourg, Pierre Loeb. L’association voudrait placer 100 nouveaux Tommy dans Strasbourg et ses environs à la rentrée 2019.

Passer par un robot pour s’adresser à ses élus ne risque-t-il pas de déshumaniser encore plus les rapports avec nos politiques ? « Avec Tommy, nous avons créé l’avatar le plus humain possible », répond Pierre Loeb. Reste à savoir si la ville de Strasbourg et l’Eurométropole vont jouer le jeu. Tommy ne risque-t-il pas de concurrencer les pétitions citoyennes, lancées par la ville fin 2018, avec plus ou moins de succès ? Sollicités, les élus de la ville n’étaient pas disponibles pour répondre à 20 Minutes au moment de la publication de cet article.

Strasbourg

«Déshumanisé» ou «pratique»? Un nouveau bar robotisé divise les internautes à Strasbourg

Santé

Le robot Nao donne un coup de main pour la rééducation des enfants

Société

Robot-baleine, opération nettoyage… Les citoyens se mouillent contre la pollution des cours d’eau à Strasbourg

0 partage