Strasbourg-Lyon : Pas brillant, l’OL s’est « mis le cul par terre » pour gagner contre le Racing

Les Lyonnais se congratulent après leur deuxième but, signé Reine-Adelaïde. — PATRICK HERTZOG / AFP

  • L’OL n’a pas brillé à Strasbourg mais l’OL a gagné (1-2) avec d’autres valeurs, samedi à Strasbourg en Ligue 1.
  • Trois jours après la claque à Saint-Pétersbourg en Ligue des Champions, les Lyonnais ont fait preuve d’une vraie force mentale et collective pour réagir.
  • Grâce à ce succès, ils poursuivent leur remontée au classement de Ligue 1.

Oubliez le football champagne, les éclairs de génie, les combinaisons à une touche de balle ou tout ce qui peut caractériser le beau jeu. Voilà, vous avez l’Olympique lyonnais de ce samedi à Strasbourg. Un OL pas brillant mais un OL gagnant (1-2).

Comment ? Avec d’autres vertues. D’abord mentales. Il en fallait pour ne pas sombrer face à des adversaires survoltés. Ces derniers avaient ouvert le score à la 22e minute grâce à Fofana et dominaient largement les débats en première période. Au point d’être proches du 2-0, à un contrôle réussi d’Ajorque près (39e). Le temps fort alsacien venait de passer.

« J’ai beaucoup aimé notre abnégation et notre solidarité »

Dans la foulée, Cornet égalisait sur un classique crochet-frappe dans le petit filet opposé (40e). Les Rhodaniens étaient revenus dans la partie, sans trop trembler. « En étant menées, beaucoup d’équipes auraient paniqué, pas Lyon. C’est l’expérience ça », admirait après coup l’entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey, qui a vu sa formation devenir bien plus brouillonne en seconde période. Pas l’ OL.

Les partenaires de Jason Denayer ont, eux, su maîtriser les débats. « On a mis le pied sur le ballon et ça nous a permis d’aller chercher la gagne avec un Maxwel Cornet de nouveau décisif », confirme Rudi Garcia, sans citer le deuxième buteur du soir, Jeff Reine-Adelaïde (75e). « J’ai beaucoup aimé notre abnégation et notre solidarité, poursuit le technicien lyonnais. C’est une victoire du groupe. »

« On s’est parlé »

Un succès à l’énergie plutôt qu’au talent. « Pardonnez-moi l’expression, on s’est mis le cul par terre pour gagner. On a mis des valeurs pour ça », appuie Lucas Tousart, habituel symbole de ce volontarisme. Il était loin d’être le seul à tirer dans le bon sens samedi, trois jours après une prestation collective complètement ratée à Saint-Pétersbourg (0-2), en Ligue des Champions.

« On s’est parlé, reconnaît le milieu de terrain. On en avait marre de cette situation de montagne russe. On voulait enchaîner à Strasbourg pour poursuivre notre série. » Celle qui permet à l’OL de retrouver une place dans le top 5 ce samedi soir. Voilà désormais les Gones sur quatre victoires lors de leurs cinq derniers matchs de  Ligue 1.

« On nous parle beaucoup de la Ligue des Champions mais en championnat, c’est pas dégueulasse, apprécie Lucas Tousart avec son franc-parler rafraîchissant. Maintenant, il faut battre Lille mercredi. » Avec la manière… ou non, Lyon sait faire.

Sport

Dix ans des Lyon 1950 : Pourquoi l’OL joue-t-il au « club modèle » en sanctionnant ses propres supporters ?

Sport

L’OL souhaite racheter la franchise américaine du Reign FC, où joue la star Megan Rapinoe

0 partage