Strasbourg : Le Défenseur des droits se saisit d’office de l’affaire de l’adolescent blessé par un tir de LBD

Le Défenseur des Droits, Jacques Toubon dans son bureau situé au 5e étage de l’immeuble de la CNIL (la Commission nationale de l’Information et des Libertés) à Paris. — TRISTAN REYNAUD/SIPA

  • Le Défenseur des droits vient de s’autosaisir du cas de Lilian Diessé, un adolescent grièvement blessé au visage par un tir de LBD, le 12 janvier 2019 à Strasbourg, en marge d’une manifestation des « gilets jaunes ».
  • C’est la première fois que le Défenseur des droits s’autosaisit du cas d’un mineur blessé par les forces de l’ordre.
  • Une « bonne nouvelle » pour la mère de l’adolescent, Flaure Diessé, qui se bat pour que « justice soit faite pour Lilian ». « Je me sens moins seule dans mon combat pour mon fils », confie-t-elle à 20 Minutes.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Lilian, du nom de cet adolescent grièvement blessé par un tir de lanceur de balle de défense (LBD) lors de l’acte IX des « gilets jaunes » à Strasbourg. Le Défenseur des droits s’est autosaisi de son cas, a appris 20 Minutes, confirmant une information de Rue89 Strasbourg.

« Reprendre les investigations à zéro »

L’autorité administrative, dirigée par Jacques Toubon, va « reprendre les investigations à zéro », indiquent ses services. La loi permet en effet à Jacques Toubon de se saisir d’office des cas qui lui paraissent mettre en cause l’intérêt supérieur d’un enfant. « Le cas de cet adolescent touche deux domaines de la compétence du Défenseur des droits : la déontologie des forces de l’ordre mais aussi la défense des droits de l’enfant », détaille l’autorité indépendante. Lilian Diessé a été grièvement blessé le 12 janvier 2019 par un tir de lanceur de balle de défense (LBD) provenant d’un policier qui intervenait sur des heurts avec des « gilets jaunes » dans le quartier de la gare de Strasbourg.

L’adolescent, âgé de 15 ans au moment des faits, ne participait pas à la manifestation, encore moins aux échauffourées avec les forces de l’ordre. Le projectile en caoutchouc l’a atteint au visage, occasionnant une fracture de la mâchoire pour laquelle il a dû subir plusieurs opérations. Une arme dont le Défenseur des droits a réclamé la « suspension » au début de l’année, au regard de sa « dangerosité ».

« Je me sens moins seule dans mon combat pour mon fils »

C’est la première fois que le Défenseur des droits se saisit d’office d’un dossier dans lequel un mineur a été blessé par les forces de l’ordre lors d’une action des « gilets jaunes ». Une « bonne nouvelle et un soulagement » pour sa mère, Flaure Diessé, qui avait fait part de sa colère à 20 Minutes après la plainte contre X classée sans suite à l’automne par la procureure de la République de la Strasbourg. Souffrant d’importantes séquelles, Lilian Diessé a quitté l’Alsace et poursuit sa scolarité dans un internat en Bretagne.

« Je me sens moins seule dans mon combat pour mon fils », nous confie-t-elle ce dimanche, de retour de Paris après avoir participé au tournage d’un documentaire du journaliste David Dufresne sur les violences policières. « J’ai envoyé un courrier de remerciement à Jacques Toubon, poursuit Flaure Diessé, je retrouve enfin un peu d’espoir pour que justice soit faite pour Lilian ».

Le travail des services du Défenseur des droits va maintenant pouvoir débuter. La tâche s’annonce longue. « Dans les mois à venir, nos services vont consulter l’ensemble des pièces de la procédure de manière à reconstituer le dossier et si besoin procéder à des auditions », précise l’institution. L’instruction d’un dossier de ce type peut durer de six mois à un an.

Strasbourg

Strasbourg: « Comme si on nous disait qu’il ne s’est rien passé », la colère de la mère de l’ado blessé par un tir de LBD

Faits divers

«Gilets jaunes» à Strasbourg: Plainte déposée et enquête ouverte après la blessure d’un adolescent en marge de la manifestation

16 partages